La Prophétie de Langley

Pierre POUCHAIRET

Jigal, 2017



Un polar sur le milieu des traders, un teaser alléchant qui m'a fait prendre ce roman. Ludovic est trader dans une des plus grandes banques françaises. C'est un d'Estre à qui la vie a souri, mais il n'en est pas de même pour son subordonné, Reda Soulami. S'intéressant à une transaction que les deux compères fleurent comme étant douteuse, le d'Estre en question se retrouve avec quelques bastos dans le citron. Pas très chic, en plein Versailles... Reda va reprendre l'enquête en faisant appel à ses anciens copains de la cité, des gars pas toujours recommandables, mais qui ne s'adonnent au barbecue - faire griller un de ses ennemis dans le coffre d'une voiture - que quand c'est strictement nécessaire parce que ça n'améliore pas le commerce !

Quelques notes de bas de pages expliquent des éléments techniques que la plupart des lecteurs ne connaîtront probablement pas. "Equity", par exemple : sous ce terme très frime et enjôleur se cache le département qui travaille sur les actions des sociétés cotées en bourse. Quelques indications aussi, par exemple sur la grossièreté qui règne dans les salles de marché, dont l'entrée est verrouillée par les titulaires de certaines grandes écoles. Mais le milieu n'est guère décrit et le lecteur conserve l'impression d'être resté à la surface du secteur sur lequel il espérait en apprendre davantage en ouvrant le bouquin. Dommage.

Une opposition intéressante entre les deux traders, tous deux originaires des Yvelines, mais l'un de Versailles et l'autre de Trappes. C'est sûr que certains sont plus égaux que d'autres... Et pourtant, les opérations financières douteuses sont-elles si éloignées de celles des dealers de came ?

Fort heureusement, le rythme s'accélère aux deux tiers du roman avec le débarquement intéressant de terroristes dans cette histoire bancaire. En bref, un polar distrayant, mais qui manque un peu de fond. Curieux, c'est exactement la même opinion que j'avais donnée à propos d'un précédent polar du même auteur, Une terre pas si sainte.

Marc Suquet

partager sur facebook :