Le Perroquet

ESPE

Glénat, 2017



Bastien est un enfant comme les autres. Il aime les super-héros et les dessine. Il a des copains, des grands-parents, va à l'école, fait du vélo, ramasse des châtaignes, a huit ans. Bref, c'est un enfant !

Bastien a aussi une maman, mais sa maman est malade. "Troubles bipolaires à tendance schizophrénique", disent les médecins... Alors Bastien alterne des moments avec sa maman et des moments sans. Les moments sans, ce sont ceux où sa maman est à l'hôpital, et ils sont de plus en plus nombreux ! Mais maman revient toujours. Plus ou moins en forme, mais elle est là ! Et puis il y ces moments de grâce, ceux ou maman l'emmène se promener pour cueillir des châtaignes... Ces moments sont rares, mais Bastien en profite jusqu'au bout... Jusqu'à la prochaine crise... Jusqu'au bout...

Le Perroquet est un récit autobiographique, et cela ne m'a trop surprise de l'apprendre. En effet, Espé, auteur d'à peine quarante ans, nous dresse, avec une force inouïe, le portrait cataclysmique de l'intrusion de cette maladie dans un univers familial. C'est poignant, rempli de violence et de désespoir et pourtant plein de tendresse, d'amour et de naïveté rafraîchissante. Et ça, seule une personne ayant connu ce bouleversement pouvait le décrire avec autant de justesse sans tomber dans le pathos.

Magnifique album, si tant est que ce qualificatif puisse se prêter à cette déflagration !

Annecat

partager sur facebook :