Kathleen

Fabrice COLIN

L'Atalante, 2006



Louis Pardieu est atteint de la maladie d'Alzheimer. Son fils, Charles, qui l'accompagne dans ses derniers jours, tente vainement de communiquer avec lui. Par le biais d'un carnet dans lequel son père avait recueilli ses souvenirs, Charles cherche à comprendre qui le vieil homme était vraiment. Il découvre une vie incroyable, faite de rencontres avec des personnages hors normes, à commencer par Georges Ivanovitch Gurdjieff, fondateur de nombreux cultes ésotériques, et Katherine Mansfield (née Kathleen Beauchamp), dont le jeune Louis tombe éperdument amoureux alors qu'elle séjourne chez le maître russe.

Ce nouveau roman de Fabrice Colin se présente sous la forme de trois récits imbriqués. Tout d'abord l'histoire de Louis Pardieu, sa naissance et son enfance tourmentées, son adolescence dans l'entourage de Gurdjieff, ses rapports avec les femmes, Katherine Mansfield surtout, et sa recherche de la sagesse, d'une " quatrième voie " chère à son mentor. Ensuite, le récit des errements de son fils, Charles, à l'époque actuelle, qui cherche à mieux connaître son père avant sa mort. Et enfin, des passages de délire absolu issus de l'âme tourmentée de Louis, fragments de pensée sur lesquels plane l'ombre de l'énigmatique nouvelliste néo-zélandaise.

Dans ce roman passionnant, envoûtant, malgré la difficulté de certains passages (ou peut-être grâce à cette difficulté), Fabrice Colin fait à nouveau la preuve d'une qualité d'écriture rare et d'une grande sensibilité. Cri d'amour d'un fils à son père, Kathleen est un roman magnifique qui confirme, s'il en était besoin, le talent de son auteur.

A noter également l'inventivité de la mise en page et la qualité des illustrations qui viennent appuyer la poésie du texte et la nostalgie qui en émane. Bravo !

Mikael Cabon

partager sur facebook :