Mattéo - 2ème époque

Jean-Pierre GIBRAT

Futuropolis, 2010
78 pages, 16 euros



1917 : réfugié clandestinement d'Espagne, Mattéo et l'ami de son père, Gervasio, s'embarquent pour la Russie. Ils vont tous deux y comprendre les ambiguïtés de la révolution russe.

Les deux albums déjà parus, d'une saga qui devrait en compter quatre, entraînent le héros dans les moments forts de ce début de XXème siècle : première guerre mondiale, révolution russe. Bref, les incontournables du début de siècle. On croise même Lénine au détour d'une des cases. Mattéo va se heurter, dans ce nouvel album, au réalisme politique et à l'autoritarisme des bolcheviques. Devenu photographe pour le parti, il rencontrera les contradictions du nouveau régime. Un thème largement traité par Orwell dans Hommage à la Catalogne mais lors d'une période un peu plus tardive. Ces contradictions douchent nettement l'image parfaite du révolutionnaire russe : les bolchéviques ne souhaitent voir qu'une seule tête et les anars ne sont pas franchement les bienvenus.

Le dessin est bon : coloré, fin et plein d'expressions. Un petit regret : les plages de textes sont trop nombreuses et trop grandes (voir par exemples les placards des pages 40/41 ou 46). Elles cassent un peu le rythme et cachent parfois le dessin. Les persos sont sympas : de Léa, la bolcho mignonne, amoureuse de son petit français  mais un peu trop bolcho à Gevasio l'anar pur jus.

Un bon album rehaussé d'un dessin de qualité.

Marc Suquet

partager sur facebook :