Le Québec mou

Arnaud LE GOUEFFLEC

La petite librairie, 2010
40 pages, 7 euros



Un guide original présentant quelques aspects originaux de la vie au Québec.

Ce guide fait partie de la collection des guides préhistoriques qui compte 16 titres dont Quimper, les monts d'Arrée tordus, Cordoue liquide ou encore Venise glanduleuse (pour voir la liste complète, cliquez ici). Autant dire que l'on est assez loin du sage Guide vert mais aussi du Routard ou du Lonely Planet. Le guide d'Arnaud le Gouefflëc se présente sous la forme de la photo d'une curiosité québécoise sur la page de gauche, agrémentée d'un texte de l'auteur se rapportant à la photo, sur le page de droite. Et l'auteur a trouvé bien des motifs d'étonnement dans ce pays : de la vente de condos (petits appartements) avec la tronche de vainqueurs des deux commerçants, au resto portant le nom, "la pataterie suprême", en passant par un autre établissement "les nouilles du chef" ou encore par la photo d'un palmier sous la neige.

Les commentaires sont vraiment sympas et rigolos : de "Pizza hut, la hutte à pizza qui évoque délicieusement l'univers des trappeurs du Klondike", à la digestion du fameux plat national la poutine : "mais comme en géopolitique, où rien n'est simple, le paisible voyageur préhistorique devra éprouver dans les tréfonds noueux de son propre estomac que certaines alchimies ne s'opèrent qu'avec d'infinies contorsions".

Arnaud le Gouefflëc avoue également son admiration devant le vocabulaire de nos cousins nord américains : les coccinelles nommées "les bibittes à patate", une personne satisfaite "un qui s'pète les bretelles", ou une petite voiture "un suppositoire à grosse vanne". Mais que signifient dans le métro de Montréal les panneaux "la cigarette de la procrastination" ? Ou encore, que penser des panneaux sur la route "Congestion : préparez vous à arrêter" ?

Pour nous qui revenons tout juste du Québec, le livre est aussi un témoignage de la joie et de la décontraction de ses habitants. Quelques propositions pour qu'Arnaud puisse compléter sa prochaine édition : bicycle à gazoline pour une moto, être parti sur une baloune pour prendre une cuite ou encore une agace-pissette pour nommer une allumeuse. Et puis on fera attention de ne pas parler de ses gosses au risque de voir son interlocuteur rougir puisque l'on évoque là ses bijoux de famille. Enfin, on ne saurait oublier en période Halloween, la possibilité, pour les vampires, de se faire blanchir les dents et ce tout simplement chez son dentiste habituel !

Ce petit bouquin sans prétention est bien écrit et bourré d'humour. Dommage qu'il soit un peu cher à la vente mais c'est probablement la conséquence de l'édition de ce bouquin par une toute petite maison.

Marc Suquet

partager sur facebook :