Page noire

Frank GIROUD, Denis LAPIÈRE, Ralph MEYER

Futuropolis, 2010
104 pages. 18 euros



Carson Mc Neal est un vrai écrivain à succès, mais que personne ne connaît vraiment puisqu'il refuse toute interview ou apparition en public. Kerry Stevens, une jeune critique littéraire, lui arrache cette interview, remontant à cette occasion dans le passé de l'écrivain.

L'album est construit selon deux approches parallèles : la rencontre de Kerry avec l'auteur, mais aussi l'histoire du prochain roman de l'écrivain, celle d'Afia, la libanaise. Bien sur, les deux univers vont converger en fin d'album, vers une manipulation que nous laissons au lecteur le plaisir de découvrir. On ne va pas tout vous dire non plus !

J'ai bien aimé ce "one shot", qui mélange aventure personnelle et histoire. Coté personnel, l'approche de Carson par Kerry est intéressante : les manoeuvres de la critique littéraire, depuis la chute en vélo devant la voiture de l'écrivain jusqu'à la rencontre, par hasard bien sûr, sur une plage, sont plutôt sympathiques. Dommage que cela se finisse par une amourette un peu clichée et bien éloignée du ton de l'album. Mais aussi, la recherche d'Afia cherchant à renouer avec son propre passé dramatique. Coté histoire, pas facile de s'y retrouver tant la guerre du Liban est complexe et le massacre de Beït al Naqad peu évoqué sur le net. Mais cette période de l'histoire, évoquée à travers le drame personnel d'Aifa, qui veut dire en arabe qui est à l'abri, est une de ces pages douloureuses de la guerre du Liban qui a fait plus de 100 000 morts. On aurait presque aimé un peu plus de détails de la part des auteurs, mais en ont-ils eu le temps dans le cadre de cet album "one shot".

Le dessin est plutôt bon, exprimant bien, sur les visages, les sentiments des personnages.

Bref un bon album grâce à un scénario à rebondissements, mêlant histoire et destin personnel.

Marc Suquet

partager sur facebook :