Le rêveur orbital : une enquête de Stefan Marblatt

Raymond CLARINARD

Florent Massot, 2004



5975. Le Monde Ultime, régi par les Plantleaders (directeurs de centrales) est organisé en trois castes (les Parfaits, modifiés génétiquement pour atteindre la perfection physique, les Brainies, des OGM brachycéphales et les Physiques, sortes de sous-hommes garantis sans OGM) et se compose de grandes cités, telles que Parzh (capitale du Service de Récupération des Déchets Atomiques), Brlän, Chegâg (siège de la Centrale Mère des Amériques), Masva (et sa PolyCentrale EurAsienne), Kyï (zone interdite, irradiée, détruite par les Poulpes après avoir tenté de leur résister, à l'instar des Masvites)... C'est dans ce monde étrange (toute ressemblance avec le nôtre étant certainement fortuite) que Stefan Marblatt, calamiteux enquêteur de son état, est chargé par Mervin Kelpie, responsable de la sécurité du SRDA, de retrouver Kaliesin Tamuda, un technicien de classe C porté disparu. Marblatt, obnubilé par les plaisirs futiles et constamment à la recherche de la perfection physique, aura fort à faire pour remplir son objectif, d'autant que ses deux ennemis absolus, Pausoner et Feigenbaum, deux Physiques qui ont juré d'avoir sa peau, ont décidé de s'en mêler...

Ce qui frappe tout d'abord à la lecture de ce roman, c'est que le récit se déroule du point de vue de chaque personnage, chacun méprisant les autres en fonction de sa caste. L'on comprend vite que l'auteur n'a que peu de respect pour ses personnages et l'on prend alors avec lui un malin plaisir à voir Marblatt, crétin fini imbu de lui-même, se faire dessouder sans arrêt, dès qu'il s'est fait régénérer, en mieux. En dépit d'une trame sans surprise - un génie du Mal veut détruire une partie de l'humanité - rien de vraiment neuf ! -, malgré une action un peu répétitive, "Le Rêveur orbital" se révèle fort inventif, efficace et riche en personnages pittoresques, ainsi qu'en situations cocasses. Tant et si bien que le lecteur séduit se laisse emporter et distraire par l'intrigue et passe tout compte fait un excellent moment de lecture. En effet, rien que la truculence des différents protagonistes mis en scène par l'auteur vaut à elle seule le plaisir de dévorer cet ouvrage : on se croirait parfois en compagnie des Pieds Nickelés !

Délirant à souhait... Jubilatoire !

MGRB

partager sur facebook :