Sang royal

Alexandro JODOROWSKY, Dongzi LIU

Glénat, 2010
Tome 1
56 pages. 13 euros



Alvar, est laissé pour mort sur le champ de bataille par son cousin qui profite d'une ressemblance physique avec le roi pour prendre sa place à la tête du royaume mais aussi dans son lit.

Jodorowsky, on ne présente plus : depuis 1980 le scénariste chilien est adulé des fans pour L'incal, La caste des méta-barons, Les technopères, Les aventures d'Alef Thau ou encore Bouncer. Du lourd quoi ! Aussi quand moi lecteur, je vois ce nom en couverture de l'album je m'attends à du grand.

Ben... c'est pas franchement le cas. Le scénario du Maître, me semble un peu court et manquer d'imagination. C'est quand même pas super original çà ! L'ambiance est lourde faite de violence, de sexe et d'inceste. Bien sur, l'histoire parie sur un côté Shakespeare, avec des histoires de famille dangereuses à remuer et la vengeance omni-présente dans la tête du souverain berné. Y aurait il donc quelque chose de pourri dans le royaume ?

Le dessin est par contre superbe. A dominance sombre, bien sûr, avec des expressions d'une grande force, à l'exception de la fille d'Alvar, Sambra, dotée d'une face un poil cruche (p. 23).

Bref, un album qui vaut surtout pour son dessin de Dongzi Liu, un jeune dessinateur chinois qu'il faudra suivre. Quant à Jodorowsky, les fans attendront le suivant.

Marc Suquet

partager sur facebook :