Anthologie 69

ANTHOLOGIE

ActuSF, 2009
10 euros



Douze auteurs de l'imaginaire nous ouvrent la voie du plaisir.

Après une mise en bouche qui donne envie de continuer, les plats se suivent et ne se ressemblent pas. Toutes les nouvelles sont appétissantes. Les auteurs ont su capter les aspects du mot "érotisme". Je pourrais citer les douze, car elles valent toutes le coup.

J'ai été surpris par la nouvelle de Stéphane Beauverger. Un zeste d'imaginaire, une histoire dans l'Histoire. Il a réussi à me surprendre. Je pestais contre les personnages de Maïa Mazaurette, contre cette société qui veut que tout soit lisse, aseptisé. J'applaudis au texte de Daylon, malgré la noirceur du texte. Mélanie Fazi m'a laissé la gorge sèche. Un récit que j'ai trouvé tranchant. Une belle plume acérée.

Francis Berthelot me laisse coi. Tant de perversité dans son personnage, ca fait frémir. Mais l'érotisme c'est aussi le désir inassouvi. Sylvie Lainé me l'a fait souvenir. Pour Norbert Merjagnan, je suis à court de mots. Je reprend la dédicace qu'il m'a faite : "Chair-matière, regard-lumière" qui exprime toute la clarté de sa nouvelle sans rien vous dire. Gudule m'a fait rire, avant que Charlotte Bousquet ne m'entraîne dans la petite mort. Je pensais pouvoir respirer avec Jean-Marc Ligny. Ce fut par à coups. Son texte exprime la souffrance d'un être mais aussi l'amour de deux personnes. La descente de Virginie Betruger où quand la situation est désespérée, reste l'espoir de se libérer de ses inhibitions. Cette anthologie se clôt avec le récit de Joelle Wintrebert. Peut-être pas la plus interdite mais celle qui m'a chatouillé à tous les niveaux.

J'ai pris un tres agréable plaisir à toutes les lire. J'ai été pris au jeu des histoires. Bravo aussi à ceux qui ont rassemblés dans l'ordre les récits.

Temps de livres

partager sur facebook :