Long John Siver Tome 3: Le labyrinthe d'émeraude

Xavier DORISON, Mathieu LAUFFRAY

Dargaud, 2010
54 pages, 13 euros



Long John Silver arrive en face des côtes d'Amérique du sud. Bien que son équipage souhaite rebrousser chemin, il aborde Tortuga, à la recherche du trésor. L'atterrissage est brutal et l'équipage va bientôt devoir traverser une jungle touffue, sauvage et oppressante...

Comme les deux premiers tomes, ce troisième est superbe. Le dessin de Mathieu Lauffray est magnifique. Des dessins de pleine page (comme le bateau dans la tempête, p.5) alternent avec des ambiances lourdes (p. 21) ou encore des impressions étouffantes de forêt (p. 36). Il n'y a guère que le visage de Vivian que je trouve assez peu achevé (ex p. 27), même si son duel à coup de rhum avec Jasper le marin à qui on ne la ferait pas, la rend plus intéressante. Le reste est du grand art.

Les personnages peuplent toujours cette histoire : Long John Silver, bien sur, avec sa forte personnalité énigmatique que l'équipage rechigne à suivre dans sa recherche folle du trésor, l'indien qui semble toujours un peu à coté de la plaque mais qui connaît bien la direction de Guyanacapac et dont le rôle se modifiera complètement dans la conclusion de l'album : tous ces personnages comme la plupart des marins arborent une vraie gueule !

Le scénario de Xavier Dorison et Mathieu Lauffray est imbibé de mystères et en premier lieu celui de la légende de l'empereur Viracocha et les fleuves d'or qui se déversent dans le sanctuaire de Guyanacapac. Mais aussi le Nemrod, le bateau échoué au milieu de la forêt. L'album ne manque pas non plus d'action comme la tempête à laquelle se heurte Long John et son bateau à son arrivée à Tortuga. Bref, c'est l'aventure sur mer et en forêt !

De case en case, le lecteur sent la tension qui monte avec la rencontre de ces terres inconnues, paradisiaques au départ et de plus en plus inquiétantes.

Ce troisième tome est superbe et tourner la dernière page ne se fait pas sans douleur. Eh les gars, à vos pinceaux pour le 4 !

Marc Suquet

partager sur facebook :