Les Gardiens des enfers

ALCANTE, MATTEO

Glénat, 2010



En août 1859, au large du Pays de Galles, un gardien de phare sauve son collègue lors d'une tempête. Ayant perdu sa main durant le sauvetage, il est affecté au phare de South Stack, en pleine terre. Mais son nouveau collègue gardien se révèle être assez effrayant...

Les Gardiens des enfers est un mélange d'aventures et d'horreur. Aventures : le sauvetage du gardien et le naufrage du bateau, le Royal Charter dont seuls 39 passagers sur 450 sortirent indemnes (la tempête de la nuit du 25 au 26 octobre 1859 provoqua dans la réalité 200 naufrages au large des côtes britanniques). Horreur : la folie meurtrière du gardien du phare de South Stack. Le scénario est basé sur un mélange de faits réels et de fictions ajoutées par Didier Alcante pour pimenter cette histoire. L'ensemble est expliqué en fin d'album, agrémenté de quelques photos montrant la visite des deux compères au phare en janvier 2010. Il fait également le lien avec la découverte et l'exploitation de gisements d'or en Australie, alors colonie britannique.

L'album est plutôt réussi, avec un bon suspense dans un lieu isolé. Un truc à la Shining, comme l'avoue Didier Alcante, mais aussi un peu fantastique, avec des prophéties un tantinet maléfiques. Le déchaînement des éléments et la tempête se retrouvent dans le phare et conduisent le lecteur dans une ambiance angoissante.

Et puis, l'album ne proposera pas une fin à l'eau de rose mais bien plutôt une horreur dans laquelle le mal triomphera. Ça surprend toujours, les fins fleur bleue étant plus souvent l'habitude des scénaristes.

Le dessin de Matteo est bon avec de l'expression dans les visages. Matteo, architecte de formation, a démarré dans le monde de la BD avec Mèche rebelle.

On consultera aussi avec intérêt ce site dédié aux phares dans la BD : étonnant et riche puisqu'une soixantaine d'albums ont été publiés ayant pour cadre un phare !

Attention, il existe une autre BD portant le même titre, un album d'heroic fantasy pour adolescents et qui n'a rien à voir avec le présent album.

Marc Suquet

partager sur facebook :