Notes pour une histoire de guerre

GIPI

Actes Sud, 2005
114 pages



Julien, Christian et P'tit Kalibre sont amis. Encore à l'aube de la vie, avec leur territoire réduit à feu et à sang par une guerre sale qui a tout repeint couleur de cendres et de désespoir, là où il n'y en avait pas beaucoup avant, déjà, de l'espoir. Livrés à eux-mêmes, les trois jeunes hommes vont tomber sous la coupe fascinante de Félix et de ses sbires, un alpha de la plus belle eau, qui leur vend son rêve : tu veux quelquechose, prends-le ; un type te déplaît, cogne-le ; la philosophie du primate-chef de meute. Félix adore p'tit Kalibre, en qui il voit un frère. "Il est petit, mais terrible". Les deux autres sont tout juste tolérés. Pourtant tous trois sont envoyés en ville pour recouvrer de l'argent et faire respecter le nom de la bande. Dès lors, Kalibre et ses potes vont suivre des chemins lentement divergents et le milieu interlope de la cité va durcir le peu de tendre et mou qui restait chez ces trois-là, jusqu'à l'inévitable éclatement.

Portrait sensible de ces trois gamins en déroute, on s'attache rapidement à leurs errances et leur appétit de s'en sortir. Un dessin assez librement dans la lignée du grand Baru, des couleurs froides qui seyent à l'ambiance du récit, pas drôle mais pas si sinistre que ça. On exècre assez rapidement le Félix, on trouve les garçons touchants, même transformés petit à petit en mini-brutes peu douées, de petite envergure. Cet album très réaliste est une belle réussite pour son descriptif relationnel d'hommes en devenir. Pas drôle mais instructif (vous êtes prévenus), très plaisant sur le plan graphique, un bon cru recommandé par Gally (on devrait le noter sur le bouquin, non ?).

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :