Steamboy, Tome 2

Katsuhiro OTOMO

Glénat, 2009
223 pages. 19 euros



Dans ce 2ème tome qui est la conclusion de l'histoire, Ray Steam essaye d'entraver le projet fou de son père. La tour Steam s'élève et menace de s'écraser sur Londres. Ray et sa copine, Scarlett, vont tout faire pour éviter un tel désastre.

Les deux conceptions de la science sont toujours présentes dans ce tome 2 et c'est donc une réflexion sur son utilisation que suggère ce tome (voir le dialogue entre le père et le grand père, p.140-142). Question intéressante bien sûr, un avion, pur produit de la recherche scientifique, servant aussi bien au transport de passagers qu'à la destruction de tours jumelles. La science n'apparaît pas en elle même mauvaise, mais c'est son utilisation qui conditionne le coté de la force, obscur ou clair, vers lequel elle va pencher. Ces deux tendances sont respectivement symbolisées dans Steamboy par le père et le grand père de Ray.

Les personnages sont intéressants : le père a un coté savant fou qui ne souhaite qu'une chose c'est devenir le maître du monde ! ou au moins de Londres. Il manque à la case de la page 108 en bas, le son du film, mais on imagine parfaitement le rire d'un vrai dingue illuminé !

Le rythme est élevé : les diverses tentatives de sauvetage imposent un récit qui ne traîne pas. Mais parfois presque un peu trop : beaucoup de cases sont de simples arrêts sur image dont on comprend parfaitement la place dans un film d'animation, moins dans un album.

La dernière page s'ouvre sur un "car l'ère de la science vient à peine de s'ouvrir", qui laisse le lecteur en face de la question de fond : de quel côté de la force va-t-elle tomber ?

En conclusion et un peu comme le précédent tome : Steamboy T2 n'est pas désagréable mais il me semble manquer de finesse tant dans le scénario que dans le dessin. L'ensemble m'a donc paru un peu long.

Marc Suquet

partager sur facebook :