Steamboy Tome 1

Katsuhiro OTOMO

Glénat, 2009
183 pages. 19 euros



En 1866 à Manchester, Ray Steam reçoit un colis qui contient une intriguante sphère noire ainsi que des plans. L'ensemble provient du grand père du jeune garçon. A peine le colis reçu, deux individus louches représentant une soi-disant fondation O'Hara, cherchent à récupérer par la force cet étrange objet. Ray Steam retrouvera son père, appartenant à la fondation O'Hara qui lui révélera la nature de la sphère apte à fournir une énergie fantastique.

Steamboy est sorti au cinéma en 2005. C'est le travail de Katsuhiro Otomo, auteur et dessinateur de mangas mais aussi scénariste et réalisateur de films d'animation.

Pour tout amateur du genre, Steamboy est une référence : de celles dont on parle avec l'émotion due à une grande oeuvre. Évidemment, pour moi qui affiche 54 ans au compteur et pour qui la lecture commençant par le coté droit plonge dans une profonde perplexité, Steamboy ne fait pas partie des bouquins de chevet. Pas grave, c'est toujours intéressant d'essayer. Mais, ca n'est donc qu'en "ignare" que j'en fais la chronique.

Le scénario est plutôt sympathique : une histoire avec de l'aventure : une course poursuite à travers l'Angleterre, sur des machines, des trains. Bref du rythme. Le mystère est également présent : à quoi sert cette sphère, qui est la fondation O'Hara et quel est son but ? Et puis, pourquoi un père et un grand père si opposés dans leur conduite ?

La science est présente tout au long de l'histoire : coté pile représentée par le grand père de Ray Stream avec une belle capacité à dompter de nouvelles énergie, mais aussi coté obscur de la force, avec un père dont les intentions ne semblent guère louables.

Le dessin est simple et sans détails. Les couleurs restent sombres.

Bref, un travail pas désagréable mais qui ne me transformera aucunement en disciple.

Marc Suquet

partager sur facebook :