Le dernier rêve de la raison

Dmitri LIPSKEROV

Revif, 2008
388 pages. 20 euros



Le dernier rêve de la raison ou les avatars d'Ilya et Aïza et leur amour impossible.
C'est une oeuvre tragique, quelles que soient les incarnations que le destin leur réserve, leur amour ne peut s'épanouir et la mort vient ravir Aïza en une éternelle répétition de leur première histoire.
C'est une oeuvre comique, par la diversité et la loufoquerie des métamorphoses, par la truculence (dans tous les sens du terme) de la myriade de personnages secondaires.
C'est une oeuvre fantastique, les transformations du couple et le rôle qu'y jouent les cuisses de l'inspecteur Sinitchkine rattachent définitivement le roman à ce genre.
C'est une oeuvre magnifique, par la légèreté du ton dans les moments graves et l'enchaînement maîtrisé de péripéties improbables qui forment une trame finalement sans accroc.

Un seul reproche, qui tient à la forme et non au fond : l'interlignage aurait mérité d'être un peu plus important, même si on s'habitue vite, ça n'est pas très attractif lorsqu'on feuillette le livre.

Benoit Furet

partager sur facebook :