Les eaux d'Aratta (Malhorne, T. 2)

Jérôme CAMUT

Bragelonne, 2004
Deuxième tome de la trilogie Malhorne, en cours de publication. Précédé par : Malhorne.



Julian Stark alias Malhorne a joué un bien vilain tour à Denis Craig et à sa Fondation Prométhée. Pour leur échapper, il a choisi la plus radicale des solutions : le suicide ! Il faut dire que Malhorne dispose d'un avantage certain par rapport à ses adversaires, puisqu'il est capable de se réincarner dans le corps d'un nouveau né. C'est du reste un exercice qu'il pratique avec maestria depuis maintenant cinq siècles ! Pour l'heure, c'est dans le corps d'une petite fille que Julian Stark reprend vie, laquelle est tout de suite prise en charge par ses alliés qui l'emmènent en Amazonie, dans le village-même où les premières traces de cet être étrange à l'étonnante longévité ont été détectées à peine quelques années auparavant. Utilisant les immenses ressources d'Internet, les amis de Malhorne révèlent son message au monde médusé de voir ainsi prouvée l'existence de "l'âme". De nombreuses sectes mystiques "malhorniennes", plus ou moins sincères, voient alors le jour pour célébrer le culte de ce nouveau Messie. C'était compter sans la toute-puissance manipulatrice de Denis Craig, qui réussit à faire croire au monde entier que toute cette affaire n'était qu'un canular. Ne lui reste plus maintenant qu'à éliminer ses opposants pour pouvoir poursuivre tranquillement ses recherches...

Très impressionnant. Loin de se reposer sur ses lauriers, Jérôme Camut nous prouve ici sa capacité à développer une intrigue foisonnante dont il ne nous avait manifestement offert qu'un infime aperçu dans les 500 pages du premier volume, déjà très prometteur, de sa trilogie. C'est que là où Julian Stark ne comprenait pas ce qui lui arrivait, sa nouvelle incarnation se souvient, elle, d'où elle vient. Et c'est proprement stupéfiant ! Ainsi, c'est avec une fascination croissante que l'on remonte avec les héros du roman jusqu'au temps d'une mystérieuse civilisation disparue, cinq mille ans avant notre ère. Encore plus riche en termes de personnages, plus varié en termes de situations (plusieurs intrigues se déroulant en parallèle pour finalement se rejoindre), plus captivant aussi que le premier tome, Les Eaux d'Aratta confirme ce dont l'on se doutait : nous voilà en présence d'une grande série qui réjouira tous les amateurs d'intrigues bien ficelées au service d'une réflexion discrète mais omniprésente sur la place de l'homme sur cette terre.

Mikael Cabon

partager sur facebook :