Il vous suffira de mourir

Jean FAILLER

Palémon, 2009
552 pages. 16 euros



Lilian Rimbermin aurait mieux fait d'emprunter la voie express au lieu de passer par Saint Gwénécan ce matin-là. Il aurait ainsi rejoint sa tendre amie Mary Lester pour quelques jours de bateau à la Trinité sur mer. Mais non, il a fallu qu'il fasse un détour pour voir un éventuel nouveau client. Rajoutez là-dessus un accident, un garde-champêtre et quelques villageois pas piqués des hannetons, faites mijoter au téléphone en sussurant des insanités mâtinées de menaces et vous voilà avec une enquête de Mary Lester au lac de Guerledan. C'est qu'il ne faut pas la chercher la capitaine ! Elle va donner des leçons de self-defense et de psychologie policière à tour de bras en essayant de ne pas trop vexer la gendarmerie nationale du coin. C'est quasiment seule (en tout cas officiellement) que Mary se met en chasse de braconniers tueurs de garde forestier. Elle en profite pour se pencher sur les drôles de moeurs locales en laissant Lilian à ses cabanes dans les arbres.

Mary Lester ne passera donc jamais de vacances tranquilles ! Il faut ici près de 600 pages réparties en deux tomes avec sous-titres pour que la capitaine arrive au bout d'une enquête où les embûches surgissent à tous les coins de chapitres. Il est dommage d'avoir séparé en deux ce qui n'est au final qu'un seul et même livre. Ce sont peut-être les aléas techniques de l'édition qui veulent cela. Pour le reste, c'est du Jean Failler pur jus. Les personnages sont présentés en quelques lignes et il ne faut guère plus de temps pour mettre en place une situation. Heureusement, cela ne se fait pas au détriment de l'histoire ou du plaisir de la lecture. On a tout de même l'impression que le premier tome est un passage obligé pour l'auteur (et du coup le lecteur). JF se lâche plutôt dans le deuxième volume dans le développement et l'interaction entre des personnages dont on pouvait se demander pour certains ce qu'ils faisaient là. Un bon bouquin à lire dans l'omnibus, un volume aller et un volume retour.

Roland Drover

partager sur facebook :