Dieu n'a pas réponse à tout (mais IL est bien entouré)

BARRAL, Tonino BENACQUISTA

Dargaud, 2007
14 euros



De courtes histoires où un humain lambda est bien triste, ou à qui il arrive plein de malheur bien qu'il soit fort méritant. Dieu dans son beau bureau de PDG du "Paradis incorporated" se dit qu'il faut qu'il fasse quelquechose, mais quoi ? Heureusement, il a un listing très fourni de gens ayant été célèbres de leur vivant pour des talents rares ou particulièrement développés, et qui sont maintenant assis comme le dit la chanson, à la droite de cézigues. Il n'a donc plus qu'à trouver celui qui sera le plus à même d'aider le pauvre mortel en difficulté, et hop ! Le tour est joué. Il y aura donc tour à tour Freud, Al Capone ou bien Marilyn Monroe appelés à la rescousse par Notre Seigneur, béni soit son nom, et qui développeront leurs talents une ultime fois pour la plus grande gloire du Très Haut et accessoirement un petit havane ou une cure de jouvence, c'est selon.

On adhère ou pas au postulat humoristique des deux compères. Si on est hermétique (et vous devinerez rapidement de quel côté j'ai penché) on trouve la lecture de l'ouvrage fastidieuse. Car enfin, si le but n'était pas d'être drôle j'ai complètement séché sur la signification des morales distillées par chaque entreprise de sauvetage par un personnage célèbre. Ni chronique sociale, ni démonstration morale, pas le moindre gag (en tout cas je n'ai pas ri)... Je ne dirai pas que c'est nul, je passe simplement complètement à côté. Je peux juste dire que je n'ai rien aimé, et en sus que je n'y ai probablement rien compris. L' histoire par exemple d'un groupe de SDF dans un terrain vague. Laissés-pour-compte de la société, ils sont invisibles aux yeux de leurs contemporains. Soit. Dieu leur envoie Louis XIV. Re-soit. Le roi-soleil les aide en leur permettant de se fédérer dans un premier temps, puis de créer un parti politique, puis enfin de prendre place au sein de l'assemblée nationale et donc de ce fait au sein de la nation. Bon. Et après ? Ben il remonte au Paradis et dans sa grande suffisance décide qu'il ne désire aucune faveur en échange de ce service rendu. Vous trouvez le "pitch" drôle ? Edifiant ? Prière de m'envoyer l'explication sur le site afin que je ne meure pas idiote, le webmaistre fera suivre.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :