Poupées russes

Luc BRUNSCHWIG, Olivier NEURAY

Dupuis, 2002
Deux premiers tomes de la série "Makabi" prévue en trois albums.



C'est par le biais d'Internet que la Russe Zénaïde Aboukine, blonde pulpeuse issue d'un milieu défavorisé, a fait la connaissance d'un Afro-Américain mal intentionné dont elle a eu la mauvaise idée de tomber amoureuse. Cet homme lui avait semblé tellement gentil et attentionné que lorsqu'il lui a proposé de l'épouser, elle n'a pas réfléchi, a cru à sa bonne étoile et a sauté dans le premier avion pour le rejoindre aux Etats-Unis. Hélas, à peine le mariage consommé, son époux abuse de sa naïveté et de son corps qu'il n'hésite pas à partager avec quelques "amis", sous l'objectif de caméras vidéo ! Le rêve américain de Zéna se transforme en cauchemar. La voilà condamnée à subir, traumatisée et soumise, les dérives que lui impose un mari en cheville avec la mafia russe qui a tout orchestré et qui surtout peut, si elle ne se montre pas suffisamment docile, attenter à la vie de ses proches restés en Russie. Quand elle réussit enfin à s'enfuir avec sa petite fille Dolly, Zéna n'est pas pour autant rassurée par la protection que lui procure le FBI. Bien que se sachant en danger puisque poursuivie par les maffieux qui cherchent à l'abattre, Zéna n'est pas prête à faire confiance aux policiers chargés d'assurer sa protection et tente même, avec Dolly, de leur fausser compagnie. C'est alors que l'un de ces agents fédéraux, un certain La Bianca, fait appel à son ami d'enfance Lloyd Singer alias Makabi, chef d'un service de comptabilité au FBI, qui ainsi devient (presque malgré lui !) un des agents - inexpérimenté certes, mais ô combien sympathique et particulièrement doué pour instaurer un rapport de confiance avec les femmes ! - du célèbre bureau américain. Lloyd va donc s'employer à briser le mutisme de la jeune femme pour l'amener à témoigner afin que ce dangereux réseau de traite des Blanches puisse être définitivement démantelé...

Voilà donc notre homme - à qui sa grand-mère a appris le russe - chargé de restaurer la confiance de la jeune femme en la police américaine, de prendre en charge et d'assurer la protection de Zéna et de sa fille, témoins cruciaux d'une sordide affaire de traite des Blanches. Après qu'ils ont échappé à une embuscade qui décime leur escorte policière, Lloyd Singer cache ses protégées au sein de sa propre famille, en plein coeoeur du quartier juif de New York, dans un appartement d'Appleton Street. Bien décidé à sauver Zéna des ses poursuivants, il échafaude un plan tordu à souhait pour lutter contre cette mafia russe qui cherche par tous les moyens à empêcher la jeune femme de lui nuire de quelque manière que ce soit... et qui a même réussi à infiltrer le FBI...

Une fois de plus situé aux USA, le scénario de Luc Brunschwig est brillant, palpitant, bien ficelé, efficace, crédible et tout à fait contemporain. Enlevée, bien construite et bien menée, rythmée à souhait et pleine de surprises, l'intrigue joue sur l'identité et la psychologie des personnages, et elle amène le lecteur dans de multiples fausses pistes. On tremble pour Zéna qu'on aimerait bien voir débarrassée de ce réseau maffieux si néfaste. On découvre avec plaisir le milieu de Little Jerusalem, la communauté juive à laquelle appartiennent Lloyd Singer et sa famille et au milieu de laquelle ce dernier va tenter de cacher Zéna et Dolly ; des personnages attachants comme la truculente Miss Mona qui prend sa retraite au début de l'histoire ou encore Mamouna qui recueille les réfugiés dans l'intimité de son foyer... Quant à Lloyd Singer, le personnage principal aux faux airs de Woody Allen, le moins qu'on puisse dire est qu'il est particulièrement attachant ! Plus on avance dans la série, plus on en apprend sur les principaux protagonistes. Ces révélations sont distillées dans les flash-back qui viennent éclairer le récit et enrichir la psychologie des acteurs de l'aventure. L'histoire est donc parfaitement mise en scène et Luc Brunschwig s'offre en prime une référence aux super héros des Comics US !... Le dessin d'Olivier Neuray se situe dans un registre classique et ne cherche pas à en mettre plein la vue. Il sert parfaitement l'histoire. C'est lisible, propre, riche et précis, notamment dans le traitement des décors.

Bref, une bonne série ! Un agréable moment de suspense. Vivement la suite !...

MGRB

partager sur facebook :