Un petit rien tout neuf avec un ventre jaune

Pascal RABATE

Futuropolis, 2009
102 pages. 17 euros



De la difficulté de tenir un magasin de farces et attrapes quand on est dans une bonne grosse déprime, pour ne pas dire une dépression. Bien sûr quelques personnes s'activent autour de Patrick pour lui éviter un plongeon trop profond dans les idées noires. Il y a Stéphanie, sa vendeuse qui essaie le sourire au quotidien ; le frère aîné qui vient lui taper dans le dos une fois de temps en temps et le tarabuster gentiment; et puis Ahmed, le copain arabe qui "vend du jambon et du pinard". Celui-là serait capable de faire une petite fête rien que pour sortir Patrick de sa glauquitude. Et ça pourrait bien marcher. Parce que au détour d'un fond de verre il arrive de croiser des petites fées équilibristes et malicieuses qui ne se laissent pas rebuter par une lippe boudeuse...

Rabaté continue dans sa veine réaliste. Après la Marie en plastique, le revoilà dans une France rurale, un peu isolée, avec ses petites vies tranquilles qu'agitent les passions des grands comme au plus fort d'une tragédie slave. Les portraits de ses personnages se dessinent au fil du déroulement de l'histoire comme ils le sont par la plume de leur auteur: une esquisse, dont le flou savant n'est pas manque de précision mais au contraire laisse libre champ à l'imagination tout en la nourrissant d'un fort pouvoir évocateur. Il ne se passe rien de spécial ni de remarquable, et c'est palpitant quand même. La marque d'un style. La preuve d'un auteur.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :