Das System

Karl OLSBERG

Actes Sud, 2009
362 pages. 21 euros



...  "Nous n'allons pas nous faire avoir par une foutue machine ?" (p 185)

Le bon temps semble fini pour Mark HELIUS, trente trois ans. Son mariage est fichu. La société d'informatique qu'il a créée à Hambourg est coulée. Et cela en vingt quatre heures ! Comment en est-il arrivé là ?
Sa société a mis au point un moteur de recherche surpuissant, capable de rivaliser avec Google. Mais le jour de la présentation aux investisseurs et actionnaires le modèle de simulation se dérègle complètement.
Echec sur toute la ligne !
Et ce n'est pas fini !
Ses deux principaux collaborateurs, les concepteurs du programme, sont assassinés et la police suspecte Mark HELIUS qui prend la fuite. Alors que les bugs informatiques commencent à se multiplier sur toute la terre - et jusque dans l'espace ! - Mark HELIUS pressent que la cause de tous ses malheurs est un super virus, "un monstre", PANDORA, une intelligence artificielle qui se développe d'elle-même et qui va provoquer un chaos global qui risque de mettre l'humanité en péril.
Traqué, désespéré, Mark HELIUS ne voit plus qu'une solution. Faire appel à Lisa HOGERT, ancienne collaboratrice et programmeuse de talent.

"Les Dieux créèrent PANDORE, la première femme, destinée à châtier la race humaine." (La mythologie racontée aux enfants Pierre LE CORRE)

"Thriller palpitant" est-il écrit en quatrième de couverture.

"Thriller", soit !
"Palpitant", j'émettrai quelques réserves.

Ce thriller, allemand - c'est plutôt rare, il faut le souligner - est ce que les Anglo-Saxons appellent un page turner. J'ai donc tourné les 363 pages, une centaine de chapitres courts, 99 exactement, avec un certain intérêt, un certain plaisir parfois, je dois le reconnaître, mais avec, aussi, un certain manque d'enthousiasme.
Je m'explique. Une intrigue policière peu vraisemblable, des personnages sans chair, "transparents", je pense plus particulièrement au personnage central, Mark HELIUS, et au commissaire UNGER "qui dirige l'enquête" (sic).
Seuls, à mon avis, deux personnages se révèlent intéressants : Lisa HOGERT, la hackeuse de génie et, et, surtout PANDORA, le super virus informatique qui apprend vite, qui se propage vite et qui TUE !...
J'ai, par contre, davantage apprécié "le côté informatique" de cet ouvrage que "le côté policier". Il me semble que Karl OLSBERG, "spécialiste de l'intelligence artificielle", il ne faut pas l'oublier, s'y montre plus à l'aise.
Das System nous donne à réfléchir sur les incidents, les accidents, voire le "chaos global" possibles, si dans l'avenir l'homme, sorte de docteur Frankenstein, était dépassé par les monstres qu'il a créés.
J'ai également bien aimé la fin, relativement astucieuse, de cet ouvrage qui "a rencontré un immense succès en Allemagne".
Qui a dit que nul n'était prophète en son pays ?

Das System devrait bientôt être porté à l'écran.

Warum nicht ?

Roque Le Gall

partager sur facebook :