Saint-Germain, puis rouler vers l'ouest!

Bruno LE FLOC'H

Dargaud, 2009
81 pages. 15 euros



L'a pas aimé notre chroniqueuse préférée, Marion. Ben moi non plus !  Le "road movie", style jazzy, proposé par Bruno le Floch est assez fade. Le personnage principal, Alexis, n'est guère attirant, tout en froideur, en Craven allumées l'une derrière l'autre et en indécision. Le type même du genre gonflant et qui se la pète. P't'être bien qu'elle avait pas tort de se casser, Mary ?

Tout ça aurait pu faire une histoire sympa. Mais, le scénario n'est fait que des rencontres d'Alexis, sur sa route vers Mary : de Marilie, la jeune fille qui ne parle guère mais joue dans une fanfare à Marie, avec un ie à la fin et donc pas celle qu'il cherche, qu'il va épouser pour la seule raison que le vrai mari n'est pas venu à l'église : rien de bien passionnant là dedans, tant pour les caractères rencontrés que pour les tranches de vie décrites. C'est parfois classe, comme Monsieur Duval qui demande dans son bar préféré un ballon, juste pour avoir quelque chose "à dégueuler" lors du Tour de France ! Alors c'est vrai que l'on s'embête un peu en espérant que la page suivante va amener des éléments plus prenants, mais non ! Et çà n'est pas la fin très fleur bleue, du retour de Mary qui va changer l'impression générale.

Coté dessin, ça n'est pas non plus sophistiqué. Peu de détails, allant même parfois jusqu'à des taches de couleurs sur les visages sans aucun élément dessiné. Les paysages et les ciels sont un peu oubliés et les cases sont souvent remplies de larges surfaces d'une même couleur, destinées à figurer ces éléments mais avec bien peu de recherche. Une impression de vide s'en dégage, probablement destinée à souligner l'errance d'Alexis mais qui a bien du mal à réjouir l'amateur.

Bref, c'est pas le pied !

Marc Suquet

partager sur facebook :