La mission

Patrice PELLERIN

Soleil, 2009
L'épervier Tome 7
47 pages. 12 euros



Yann De Kermeur est appelé à Versailles pour une mission donnée par le roi : un message tatoué sur la propre peau du messager, annonçant des nouvelles inquiétantes de l'émissaire du roi au Canada, le chevalier de Talmont. Les français sont en train d'y perdre pied devant la perfide Albion.

Voici le 1er tome du 2e cycle des aventures du gentilhomme breton, Yann de Kermeur, à la fois corsaire et homme de main du roi de France. Le personnage est toujours beau et intègre, qui pourfend l'hypocrisie de la cour à Versailles, prend le temps de déjouer un attentat et de souffleter un fat avant de regagner ses terres. Un vrai héros comme la Bretagne a su en enfanter.
Bien sûr, Pellerin, ça n'est pas la surprise et l'on rentre à nouveau dans le moule qui a fait les bonheurs de la série : de l'aventure, de l'espionnage, du romantisme... tous les ingrédients d'une bonne histoire. Alors, si l'on se laisse prendre par le classicisme de Pellerin, on se régalera dans ce nouvel album.
L'histoire a du rythme, alternant discussions entre les protagonistes, parfois malgré tout un peu longues, et scènes d'actions. L'auteur présente des lieux d'intérêt : Versailles avec les combines et les complots des courtisans mais aussi Brest, avec ses ateliers de réparation des bateaux. Et Pellerin ne dessine pas à la légère, rassemblant la documentation indispensable à une représentation historique minutieuse.
On découvre un héros moins à l'aise avec les femmes : entre Agnès qui soupire devant son beau chevalier mais doit se marier avec Henry et la comtesse de Séverac qui..., mais non inutile je ne raconterai pas la fin, Yann est un habitué des "vestes". Parlant d'un héros authentique, le lecteur imagine bien que cette situation ne saurait être que transitoire.
Dans ce premier album du nouveau cycle, Pellerin installe ses personnages et son histoire. On émerge avec l'envie de découvrir la suite des aventures du beau chevalier.

On trouvera ici une interview de Pellerin.

Marc Suquet

partager sur facebook :