Vilebrequin

Arnaud LE GOUEFFLEC, OBION

KSTR, 2007
100 pages. 10 euros



Ca y est, au moment où je rédige ces lignes une version certifiée conforme de cette BD est enfin disponible dans les rayons des libraires ! Pour ceux qui ne verraient pas de quoi je parle, rendez-vous sur le site de l'ami Obion pour connaître la saga éditoriale de Vilebrequin, édifiante à défaut d'être réjouissante. Pour les autres, bienvenue dans le monde fantasque d'Arnaud Le Gouëfflec et dans les paysages graphiques tout en clair-obscur créés pour l'occasion par le dernier des dessinateurs qui s'est risqué à l'aventure Donjon des Sfar-Trondheim.

Soit un cambrioleur de haut vol, tout de latex vêtu (attention: c'est pour sa fonctionnalité uniquement, parce que c'est très désagréable le latex). Il fait le trompettiste de jazz le jour, pour donner le change à sa famille essentiellement. Sa grande passion tourne autour des coffres forts bien sûr, mais jamais il ne se charge plus que de ce qui peut se glisser dans une poche, l'appât du gain est ce qui perd les monte-en-l'air voyez-vous. Mais un jour il force un enième sanctuaire et tombe en arrêt sur le plus étrange des trésors. Dès lors ce contenu l'obsède au point de finir par causer sa perte : il ne comprend pas, il faut qu'il connaisse le pourquoi.

Autant vous le dire tout de suite, je suis devenue amoureuse des écritures d'Arnaud dès que j'ai mis le nez dedans soit quand j'ai tâté des Discrets (voir les chroniques publiées sur ce site). On va donc pouvoir me traiter facilement de partialité ! Mais bon , je la trouve comme d'habitude justifiée. Ici c'est encore une fois une réussite, Vilebrequin est à mi-chemin entre l'artiste et l'artisan et tout ce qui fait son charme réside dans les merveilleux petits détails dont ses créateurs le paren t: son dandysme décalé, ses bonnes manières de vilain fils de bonne famille par Arnaud, et sa grâce féline, son élasticité amoureuse des nuits sans lune par Obion. Mince matou malicieux, il a même un meilleur ennemi : le prince de Ligne à qui il laisse à chacun de ses passages une bouteille de nectar précieux pour le remercier d'infiniment lui compliquer le forçage de son coffre. La classe ! Et c'est la marque de fabrique des deux compères donc ne vous privez pas et faites-vous à vous même ce joli cadeau, offrez-vous cet album.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :