Les contes de Beedle le barde

Joanne K. ROWLING

Gallimard Jeunesse, 2008
127 pages. 12 euros



Il y est fait référence quelques fois au cours de la saga de Harry Potter, la romancière s'est donc fendue de la ponte de ces cinq contes, et des annotations d'Albus Dumbledore censées les éclairer pour jeunes et moins jeunes moldus et non moldus que nous sommes. Autant les sept tomes sur son jeune héros s'adressaient aux enfants de tous les âges, autant ce petit recueil concerne un peu moins les adultes. Les contes sont rafraîchissants, mais il y a peu de ces éclairs pétillants qui captivaient, ce je-ne-sais-quoi qui empêchait de lâcher un des livres de JKR une fois qu'on avait mis le nez dedans, et qui pousse quasi inlassablement à y revenir une fois de temps en temps.

Personnellement je n'ai retrouvé une trace de ce qui me plaît et que je n'arrive pas à identifier que dans Babbity Lapina et la souche qui gloussait, une espièglerie, une légèreté, un truc, quoi. Quant aux explications du prestigieux directeur de Poudlard, bof. Je ne sais même pas si les mômes y trouveront leur compte. Pas très utiles, pas très pertinentes, elles se parcourent sans gêner mais également sans laisser un souvenir impérissable. En fait, je crois que ce qui me gêne dans les contes de BDLB, c'est le parfum de produit dérivé. Quand bien même les bénéfices sont reversés à une association pour aider les enfants, je n'ai pas tout à fait l'impression de m'être fait avoir en l'achetant mais presque.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :