Mum is dead

Guillaume BOUZARD

Dargaud, 2008
The autobiography of a mitroll tome 1
48 pages. 10 euros



Pour qui se promène de temps à autre sur la toile (' faut pas dire web, c'est moche un mot anglais, beeeerrk, pouah caca) et s'attarde parfois sur le site de Manu Larcenet, il est difficile d'échapper à l'admiration et au respect affectueux du sus-nommé pour l'olibrius auteur d'entre autres Plageman et The autobiography of me too / too two et too free. Encouragé par les appels répétés du grand Manu à la fréquentation des ouvrages de Bouzard, le badaud mis en confiance se risque un jour à acheter The autobiography of a mitroll, tome 1, Mum is dead. Le badaud est d'abord perplexe. Puis il est hilare rapidement. ML a raison, qu'est-ce qu'il est drôle, ce crétin de Bouzard (sic)!

Bon, on pourrait se risquer à esquisser une sorte de résumé, de ligne directrice en quelque sorte à l'histoire. On peut le dire sans risquer de froisser le dessinateur, c'est sans aucun intérêt (de donner le pitch, j'veux dire). Non pas qu'il n'existe pas de scénario ! Mais ma foi c'est plus le prétexte à de réjouissants gags que de véritablement raconter une histoire. On retrouve Flopi le chien à la libido débordante, Cécile la copine compréhensive mais un peu excédée des excentricités de l'élu de son coeur, et l'amour immodéré de l'auteur pour le hard-rock et la musique de sauvage (tout cela avait déjà été mis en pratique et en culture dans les précédentes autobiography of me too de GB). On apprend au détour des pages entre autres qu'il ne faut pas faire confiance aux numéros sur les portes d'hôpital, que la fréquentation biblique d'un troll par une dame comme il faut donne un mitroll, qu'une machine à laver peut avantageusement remplacer une centrifugeuse pour les cotons-tiges, et que le meilleur endroit où trouver des trolls... c'est la Bretagne. Du coup les bretons sont fiers. Et ceci jusqu'à ce qu'ils découvrent que de se faire traiter de troll, en langage geek, ce n'est pas très gentil. Euh, c'est quoi un geek ? dira votre grand-mère. Ben, vous lui expliquerez. Et puis vous lui direz aussi de vous offrir Mum is dead pour votre anniversaire, si ce n'est déjà fait. Merci mamie !

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :