Paroles d'illettrisme

Luc BRUNSCHWIG

Futuropolis, 2008
87 pages. 17 euros



Paroles d'illettrisme rassemble le témoignage de 8 personnes, des témoins handicapés par ce barrage intellectuel. Zahia, Maxime, Amar, Patrick, Ronny, Sylvie, Marcel et Bonheur, des gens à qui la vie n'a pas fait que des cadeaux, qui n'ont guère fréquenté l'école et n'ont pas eu l'occasion de savoir bien lire. Luc Brunschwig a recueilli leurs témoignages, lors d'ateliers mis en place à Blois. Ils sont mis en images par de jeunes dessinateurs.

"Paroles de ..." est un exercice presque classique : la série a débuté dans l'univers carcéral puis a donné la paroles aux sourds et enfin aux toxicomanes. Une bonne façon de vivre en direct d'autres vies que l'on a toujours du mal à imaginer. C'est donc une vraie BD sociale que le lecteur a dans les mains, une de celles qui vont témoigner. Un genre dont des auteurs tels que Davodeau possèdent les clefs.

Les itinéraires décrits dans cet album sont très différents : depuis Zahia, Algérienne qui ne fréquente pas l'école d'Oran parce que ses parents trop pauvres ont besoin de son salaire jusqu'à Ronny le petit forain, que les déplacements de ses parents empêchent de fréquenter suffisamment l'école. Tous ces témoins se retrouvent marginalisés et mesurent l'importance de la lecture et de l'écriture dans notre société. Il y a une vraie émotion que l'on sent à travers les tranches de vie exposées dans cet album.

Les dessins sont très variés, 8 dessinateurs ayant prêté leur talent à ce travail. J'ai aimé le dessin d'Eddy Vaccaro, qui noircit le témoignage de Patrick et éclaire bien la psychologie des acteurs de l'histoire.
On en ressort avec la possibilité de mettre l'album entre les mains de ses enfants, en leur suggérant de découvrir par eux mêmes l'intérêt de l'école. Un vrai but pédagogique !

On trouvera une interview de Luc Brunschwig ici

Marc Suquet

partager sur facebook :