La main droite du diable

Ken BRUEN

Gallimard, 2008
358 pages. 20 euros



" Tous les hommes se haïssent naturellement l'un l'autre." Pascal (Pensées, 451)

Jack Taylor sort de l'hôpital psychiatrique où il a été conduit par Ridge, une femme policier gay, la fille d'un ancien ami et avec laquelle il entretient des relations compliquées et le plus souvent conflictuelles. Il y a passé cinq mois, à l'état de légume. La raison de cet internement ?  La mort accidentelle de Serena May dans laquelle il porte une lourde responsabilité. Serena, trois ans, atteinte de trisomie 21, la fille de ses amis Jeff et Cathy, Serena qu'il adorait et qui était "la seule véritable référence dans sa vie"?
Ridge le charge de retrouver au plus vite l'homme qui la harcèle : coups de téléphone, visite de son appartement... D'un autre côté, le père Malachy, proche de sa mère décédée et l'homme que Jack Taylor hait sans doute le plus au monde, lui demande d'enquêter - discrètement et officieusement - sur la mort du père Joyce, naguère accusé d'abus sexuels et que l'on vient de retrouver décapité dans son confessionnal.
Au même moment, Jack Taylor fait la connaissance de Cody, un jeune homme farfelu qui lui voue une admiration sans bornes et veut absolument devenir son associé. C'est alors que Jack Taylor apprend que ses amis Jeff et Cathy se sont séparés. Jeff a sombré dans l'alcool. Quant à Cathy, elle a juré de tuer Jack !...
 
"Un prêtre est un loup caché sous une peau de mouton"
(Proverbe ancien, page 287)

Coucou le revoilà ! Qui çà ? Mais Jack Taylor, bien sûr ! Jack Taylor, le privé atypique irlandais, plus mal en point que jamais. Jack Taylor, la petite cinquantaine,
    Raté
    Ivrogne
    Bon à rien
    Fieffé gredin
Comme disait sa défunte mère en accord avec le père Malachy.

Même s'il a décidé de se mettre au régime sec, Jack ne cesse d'être travaillé par ses démons. Traumatisé, détruit, anéanti par la mort de la petite Serena, il vit un véritable enfer. De plus, il a beaucoup de mal à se situer dans une Irlande qui ne cesse de se moderniser rapidement - trop rapidement à son goût -, une Irlande où le profit est roi. Une Irlande où même l'Eglise, ébranlée par de multiples scandales, s'est lamentablement fourvoyée et a perdu de son influence et de sa crédibilité.

Dois-je répéter tout le bien que je pense de Ken Bruen et plus particulièrement de sa série Jack Taylor ?
    Sa prose minimaliste est toujours aussi belle et aussi efficace ?
    Ses dialogues sont toujours aussi crus et aussi authentiques ?
    Ses personnages sont toujours aussi humains et aussi attachants et pas seulement celui de jack Taylor. Les personnages de Ridge et de Cody, pour ne citer qu'eux, sont plutôt réussis.

Ce cinquième roman de la série Jack Taylor, noir, sinistre, impitoyable est absolument CAPTIVANT et FASCINANT.
Ce roman sur la culpabilité et la rédemption est tout simplement MAGNIFIQUE !

Roque Le Gall

partager sur facebook :