Un homme neuf

Christophe DABITCH, Jean-Denis PENDANX

Futuropolis, 2008
Jeronimus, Tome 1
80 pages



Octobre 1628. Jeronimus, apothicaire à Haarlem, province de Hollande, perd son fils atteint de syphilis. Désespéré, il profite de l'opportunité donnée par la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales, pour s'embarquer sur le Batavia. Le début d'une aventure dans laquelle Jeronimus va apprendre la mer, lui qui n'est jamais monté sur un bateau.

Ce qui frappe à la première vision, ce sont les dessins. De vraies peintures dans un album bd ! Il y a de la couleur, des expressions de visages souvent graves, des détails que l'on croirait sortis d'une exposition de peintures. Ce sont de superbes dessins et colorisations, dus à Jean Denis Pendanx que l'on avait déjà remarqué dans Abdallahi, pour la finesse de son travail.

Mais le dessin n'est pas le seul atout de cet album. Le scénario de Christophe Dabitch est de qualité : d'abord une époque parfaitement rendue avec forces détails et explications qui transforment le scénariste en historien : ainsi le club d'escrime de Giraldo Thibaul qui regroupe des hérétiques échangeant des idées à l'abri des oreilles indiscrètes, les anabaptistes un mouvement de la réforme protestante qui créent des communautés de biens parfois polygames ou encore le début du capitalisme en Hollande et la Compagnie des Indes, devenue la plus grande organisation commerciale du monde. Une compagnie qui fait passer ses profits avant tout autre considération. Tous ces détails historiques passent avec finesse et sans ennui. Le scénariste n'hésite pas à citer ses sources.

Et puis, il y a l'aventure liée à l'embarquement de Jeronimus sur la Batavia : l'inconnu, les sociétés qui se créent sur le bateau, la haine, l'amour, la mort ? Et le suspense que l'on sent monter : Le personnage de Jeronimus évolue  sur le bateau : d'effacé, il devient intrigant, rebelle et prépare une rébellion que l'on devrait connaître dans le tome 2. Mais au fait c'est pour quand ce tome 2, dépêchez vous Dabitch et Pendanx, ce 1er tome nous a mis en manque !

Marc Suquet

partager sur facebook :