Les jardins de la mort

George PELECANOS

Seuil, 2008
Collection : Policiers
367 pages. 22 euros



1985 : un meurtrier en série s'attaque à des gamins de la communauté noire de Washington, avec cette particularité de ne frapper que des enfants dont le prénom constitue un palindrome. Le livre s'ouvre sur la description d'une scène de crime et l'on fait connaissance avec les protagonistes.
2005 : on retrouve les personnages de la première scène, un seul est resté dans la police, les autres sont à la retraite ou ont changé de boulot. Pendant une centaine de pages, l'auteur nous met dans l'ambiance, décrit par le menu la vie et l'environnement de ses personnages. Le meurtre et l'enquête qui s'en suit et qui forment le fil directeur du livre n'arrivent qu'après.

Pelecanos brosse un tableau très vivant de Washington, de sa population, pas mal de références culturelles émaillent le récit et on remercie le traducteur de ses notes qui aident bien lorsque l'on est comme moi un total béotien en terme de culture américaine.
Cela donne à l'histoire une tonalité qui est assez éloignée du polar de base, on est loin du thriller haletant, plus proche d'une tranche de vie qui concernerait presque par hasard des criminels et des policiers.

Vous l'aurez peut-être compris, j'ai trouvé ce livre très bien écrit, très documenté, très agréable à lire mais je regrette un peu la nonchalance avec laquelle progresse l'intrigue, je suis plus un adepte des thrillers conduits tambour battant.
Néanmoins un très bon moment de lecture, à conseiller sans hésitation.

Benoit Furet

partager sur facebook :