Le bestiaire secret de Lord Bargamoufle

Arnaud LE GOUEFFLEC, Laurent SILLIAU

Ginkgo, 2006
Collection : Biloba
121 pages. 9 euros



Une oeuvre singulière que celle-ci : petit cabinet de curiosité imaginaire édifié pour le plaisir des amateurs de billevesées charmantes , ce bestiaire est un ovni tout droit venu de l'imagination fertile du plus fantasque des artistes brestois. Il n'y a pas de limite à ce que se permettent les circonvolutions cérébrales d'ALG dans leurs volutes synaptiques. Ces portraits d'animaux incongrus sont autant de petites odes rédigées sur l'hôtel de l'absurdité littéraire et de la poésie surréaliste. Que dire par exemple de l'hippocampotame , qui attendrit les passants à force de désespoir muet et finit par les épuiser de compassion afin de mieux les étrangler quand ils gisent à terre, à bout de force ? Ou bien devons-nous nous inquiéter de la santé mentale d'un auteur qui trouve que notre hypothétique créateur n'a pas suffisamment preuve d'humour en permettant l'existence de l'ornithorynque, et lui trouve une variante oukangaise encore plus improbable dans la personne de l'oirnythorinque (pour ceux qui veulent connaître les options de ce modèle exotique , rendez-vous page 74) ?? Quantités d'autres inventions zoologiques farfelues sont égrenées au fil des pages en autant de portraits courts et cocasses, imprévisibles et intriguants. Le lecteur averti cherchera quelque parenté dans ces récits avec les zigotos créateurs du baleinié, ce dictionnaire inventif des petits tracas du quotidien, et aussi fouinera du côté des historiettes de Tim Burton et de leurs conclusions souvent désastreuses (comme l'histoire de l'enfant-huître, qui à la fin se fait gober). Les illustrations de l'ouvrage ne sont pas en reste et on prend plaisir à détailler les très beaux croquis de Laurent Silliau, qui s'est visiblement prêté avec plaisir à l'exercice. Ses dessins sont de grande qualité, emprunts de classicisme dans le bon sens du terme, sans désuétude. Gustave Doré s'invite dans l'église de la petite folie, en somme ! En bref, un livre charmant dont on prend plaisir à tourner les feuillets .

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :