Les funérailles de Luce

Benoit SPRINGER

Vents d'Ouest, 2008
79 pages. 15 euros



La petite Luce est en vacances chez son grand-père . Ramasser des oeufs , aller au marché vendre des légumes , courir dans le jardin quand il fait beau , le paradis d'une jolie demoiselle de 6 ans . Enfin presque . Quel est ce mystérieux couple , un peu effrayant , que Luce croise quelques fois : un grand homme nu , émacié , main dans la main avec une petite silhouette voilée qui tient également une vielle boîte à biscuit ? Bientôt Luce rentre chez ses parents et Simon , le vieil ami de son grand-père est retrouvé mort dans sa cuisine...
Un dessin noir et blanc très expressif , une symbolique simple qui ne dispense pas le récit de subtilité , Springer signe là un bel album . Il semble assez rapidement évident au lecteur adulte que les deux personnages que Luce a l'air d' être la seule à apercevoir sont une image métaphorique ( réussie ) de la mort . La prise de conscience de cette grande réalité de l'existence par la petite fille est bien rendue . Plus finement observés encore sont les différents moments de vie des quelques voisins du vieux monsieur . L'histoire d'amour charnel fugace entre Roger le grand-père et Mme Roserin sa voisine , qui est aussi une rencontre de deux âmes solitaires ; le fossé grand comme un canyon dans un couple ensemble depuis ce qui semble être des millénaires , l'auteur a capté ce qui fait l'essence de la vie de toute une génération laissée sur le côté par le monde moderne . Une belle réussite...

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :