Mort sur la Lagune

Giorgio SCERBANENCO

Rivages, 2007
Collection : Rivages noir
225 pages. 8.5 euros



Ne vous fiez surtout pas au titre ni à la couverture de ce roman noir de Scerbanenco. Le titre original "Né sempré né mai", "ni toujours ni jamais", a été traduit "mort sur la lagune". S'il y a bien un mort, il n'est pas mort à Venise comme pourraient le suggérer et le titre et la couverture, une vue de Venise?Or l'essentiel de l'action se déroule à Lignano, station balnéaire, située près de Triestre, au Nord de l'Adriatique.
La saison est terminée, les touristes sont partis. C'est déjà l'automne, un incroyable automne avec de merveilleuses matinées très ensoleillées. C'est le moment que choisit Marta, pour se rendre un soir, à Lignagno dans la maison de Paolo Ferri, dont elle possède la clé, située au milieu de la pinède, non loin d'une lagune déserte. Le lendemain de son arrivée, elle a la désagréable surprise d'être brutalement réveillée par la police et traînée au commissariat. Le brigadier Stilo lui apprend que Paolo Ferri a été tué, il y a 4 jours dans la maison. Marta avait par mégarde brisé les scellés qu'elle n'avait pas distinguées dans l'obscurité?
Le brigadier Stilo décide de la remettre en liberté, même si aux yeux de la police elle apparaît comme une suspecte potentielle. Paolo Ferri, séducteur minable et cynique, a en effet eu "une certaine importance dans sa vie". Il a naguère été son amant.
Malgré le choc subi, Marta décide de rester à Lignagno. "C'était un endroit qu'elle aimait, c'était la plage de son enfance?" Elle y retrouve son ami Rik qui "l'aime depuis toujours", sa s?ur Rosella qui, elle aussi, a eu une brève liaison avec le beau Paolo et qui affirme connaître?l'identité de son meurtrier!?


Après "le sable ne se souvient pas" et "les amants du bord de mer", "Meurtre sur la lagune" constitue le troisième "roman de la mer" de Giogio Scerbanenco, auteur incroyablement prolifique qui a touché à tous les genres dans la centaine de romans qu'il a publiés avant sa disparition subite en 1969.
Ce Simenon italien, ce Frederico Fellini du polar, pour lequel on a également évoqué Buzzati, est considéré comme l'un des grands maîtres du roman noir mondial. Les lecteurs de "Meurtre sur la lagune" en conviendront sans nul doute.
Sens incomparable de l'atmosphère lourde, oppressante, tension permanente, mal de vivre des personnages, on se régale à la lecture de "cet incroyable automne". Cet été indien durant lequel les vérités enfouies seront enfin révélées.
Un grand roman noir, dont la fin n'est finalement pas si noire, servi par une belle écriture sèche et lumineuse à la fois. Un très grand écrivain, authentique, talentueux! Un grand bonheur de lecture!

Roque Le Gall

partager sur facebook :