Métropolitain

Yan MARCHAND

Griffe d'Encre, 2007
54 pages.



Romuald passe inaperçu, il rentre dans le moule des travailleurs de tous les jours qui prennent le métro-boulot-dodo.
Romuald aime, désire Marie, guichetière comme lui, mais ce désir n'est pas partagé.
Romuald est une personne parmi d'autres.
Jusqu'à ce matin : Un chien lui mordille le mollet et ne veut plus le lâcher !
Le soir, c'est pareil?
Moquerie de Marie, regards biaisés des gens, remarques de son chef de service?
Romuald essaie de se débarrasser de ce boulet !
Mais quand il y arrive, et croit être débarrassé de cette plaie? Il se trompe.
" Un matin, dans le métropolitain? Une morsure à l'épaule "
Romuald ne passera plus inaperçu, il sera " comblé " au delà de ses désirs?

Nouvelle vision d'un thème classique du fantastique ; Métropolitain nous prend à la gorge. La vie est glauque, le monde individualiste et l'âme humaine n'est plus. Yann marchand nous entraîne au tréfonds de celle ci. Nous avons tous besoin de quelque chose, mais jusqu'où allons nous pour l'avoir ? Et quels sont les revers de la médaille ? L'homme est-il rendu à ce point animal ? Selon l'auteur oui?.

A lire de toute urgence pour se dire qu'il reste, peut être, un espoir

Temps de livres

partager sur facebook :