Les funérailles de Luce

Benoit SPRINGER

Vents d'Ouest, 2008
79 pages. 15 euros



Lucie, 6 ans, passe ses vacances chez son sympathique Papy, Roger, garagiste à la retraite. Elle découvre ses voisins, le monde des marché mais aussi la mort : Simon le vieux voisin se suicide sans que rien n'ait pu l'annoncer, mais aussi celle de Papy.

Un sujet original : la mort que l'on traite rarement dans les livres. Un sujet d'autant plus grave qu'il est décrit chez une enfant, émerveillé dans ses découvertes du monde. On voit bien dans l'imaginaire de Lucie poindre le " j'veux pas mourir " : l'angoisse de la mort que chacun connaît mais vue chez cet enfant. Il y a un aspect fantastique dans le regard de Lucie : elle est la seule à voir la mort sous la forme d'un homme nu et d'un enfant caché par un drap.

J'ai aimé l'aspect humain de cette BD : la solitude des gens âgés qui malgré leurs copains se retrouvent seuls chez eux. Une histoire marquée par la description du quotidien. Mais aussi cette histoire d'amour qui naît entre Papy Roger et Amélie : oh, le corps nu d'Amélie qui n'est pas le stéréotype de la belle nana jeune au ventre plat mais bien plutôt d'une femme âgée mais superbe dans son corps : c'est très original, on ne montre que rarement les vieux nus. Sont pas beaux les vieux, mieux vaut montrer Laure Manodou. Alors merci d'avoir osé : les vieux sont beaux et ils aiment : des vérités simples et bonnes à entendre. Mamie, il y a encore une vie pour nous !

Le dessin est simple et uniquement en N et B. C'est direct, mais les expressions des personnages sont bien rendues.

Marc Suquet

partager sur facebook :