Les Garde-fous

Frédéric BEZIAN

Delcourt, 2007
79 pages, 16,50 euros



Boris et Alice forment un couple d'éditeurs pétés de thunes et habitant une superbe maison. Le commandant Fix vient leur signaler l'existence d'un tueur, Boon, qui pourrait bien conclure sa série de meurtres par celui d'Alice.

Une BD glacée, c'est vraiment la caractéristique essentielle qui ressort de cet album. Le milieu d'abord très bobo plein d'argent et froid. Le cadre qui est essentiellement constitué par une maison, sans meubles et à l'ambiance polaire. L'isolement aussi : le milieu d'amis est une société mondaine, vantarde, pleine d'hypocrisie : un vrai milieu élitiste avec tous ses défauts. Le flic est également glacé : sûr de lui, autoritaire et sans jamais un sourire. La seule présence conviviale est celle du pêcheur qui vient mettre ses lignes dans le lac voisin de la maison, sans hameçons au bout !

Le dessin lui aussi est glacé : les visages sont anguleux, le ton est essentiellement N et B et les rares couleurs sont fades et utilisées dans le seul objectif de faire un fond d'image. Au fur et à mesure du suspense, les hachures augmentent l'impression glacée. Bref, difficile d'en faire une BD haute en couleurs et attachante, compte tenu du parti pris de l'auteur !

Cette froideur rend l'ambiance oppressante. Les caractères sont également inquiétants. Et puis la maison donne parfois une impression de prison, même si de l'intérieur la prison apparaît dorée.

Un détail très pénible : la typo choisie pour les dialogues est elle aussi tout aussi froide, mais très difficile à lire. Dommage ! Mais l'ensemble peut facilement donner quelque chose de repoussant.

Marc Suquet

partager sur facebook :