Miss Endicott, T. 1

Jean-Christophe DERRIEN, Xavier FOURQUEMIN

Lombard, 2007
84 pages. 15 euros



Prudence Endicott revient à Londres, pour l'enterrement de sa mère Marguerite. Mais elle va en même temps endosser une mission. Elle est ainsi gouvernante le jour, au service du jeune Kévin et conciliatrice la nuit, apportant son aide aux pauvres gens. A l'occasion d'une banale affaire de voisinage, elle va rentrer dans ce milieu des oubliés, habitant les sous sols de la ville de Londres. La révolte y gronde face à la misère régnante.

Voilà un album sympathique. D'abord un scénario avec le passé qui resurgit dans la vie de Prudence. Et puis le contraste entre sa vie de jour dans une famille bourgeoise et dans lequel elle rencontre le sympathique Kévin que ses parents ont un peu oublié, avec sa vie nocturne dans un milieu qui n'a plus rien de bourgeois et qui flaire la misère. Entre ces deux milieux, Prudence est constante, sympathique mais décidée.

Le dessin est plutôt bon avec des personnages très typés comme Conrad, le majordome aux traits véritablement anguleux. Le monde de la nuit est plus coloré avec des dominantes oranges et des lieux colorés comme le bar où Prudence va rechercher Quilby " pas vraiment un endroit pour une lady " comme le lui signale à l'entrée un client ! Mais Prudence ne se laissera pas faire et donne une petite leçon à un importun, sortant ses aiguilles de sous son manteau. Surprenante la petite Prudence ! Mais comme le dit Conrad, c'est une bonne personne. Et puis le 1er tome s'achève sur la cité des oubliés, un endroit prometteur pour un 2e tome.

Marc Suquet

partager sur facebook :