Ganesha - Mémoires de l'homme éléphant

Xavier MAUMEJEAN

Mnémos, 2007
Collection Icares. 272 pages. 18 euros



Critique toute personnelle et pas vraiment critique d'ailleurs...

" I am not an animal
I am a human being !
I... am... a man ! "

L'année ? 2000

Le mois ? Le jour ? J'ai oublié évidemment... ! Par contre je pourrais citer le nom de la librairie... Je me souviens aussi que j'ai peu (ou pas) hésité... A peine le temps de parcourir la 4ème de couverture et j'étais déjà à la caisse pour régler mon achat.

Mon achat ? Les Mémoires de l'homme éléphant de Xavier Mauméjean (Prix du roman fantastique du festival de Gérardmer. Fantastic'arts, éditions du Masque, 286 pages, 56 francs).

J'avais quelques bonnes raisons d'acheter ce livre d'un auteur pour moi totalement inconnu (1) mais quelqu'un qui écrivait sur " l'homme éléphant " ne pouvait être totalement mauvais, n'est ce pas ? J'avais naguère vaguement entendu parler de cet homme éléphant et ce n'est qu'à la sortie du film de David Lynch que les choses se sont précisées. Ce film dont le climat victorien est proche du fantastique m'a drôlement secoué. Il a d'ailleurs bouleversé plus d'un spectateur. John Gielgud (Carr Gomn, l'administrateur de l'hôpital), Anthony Hopkins (le docteur Frederick Treves) et surtout John Hurt (Joseph, appelé à tort John Merrick) y sont tout simplement remarquables (comme dirait notre président).

Ce film original illustre la façon cruelle avec laquelle la société traite ceux qui sont différents. Une condamnation sans appel de l'Angleterre victorienne...

Une autre raison de m'intéresser au livre de Xavier Mauméjean est que depuis 1988, Whitechapel est devenu un de mes quartiers préférés de Londres et j'ai souvent et régulièrement l'occasion de longer le Royal London Hospital ou Joseph Merrick a passé les dernières années de sa courte existence. (By the way, Merrick, qui pouvait à peine marcher, a été suspecté d'être... Jack l'éventreur ! Etonnant, n'est il pas ? Pas tant que ça ! ! Le coupable ne pouvait être qu'un " monstre ". Et pour beaucoup, Merrick, dont la vie n'a été que solitude, douleur et rejet, n'était-il pas un " monstre ", au mieux une " bête curieuse " ?).

Voilà pourquoi le roman de Xavier Mauméjean figure depuis en bonne place dans ma bibliothèque.

Je viens de le relire (2) (quatrième lecture depuis son achat). Que dire du roman ? J'ai beaucoup aimé et continue à aimer ce roman victorien, fantastique, érudit, inventif... A chaque relecture, je découvre des détails (mais sont-ce vraiment des détails ?) qui m'avaient échappé lors des lectures précédentes. L'auteur en parle mieux que moi : "...tous mes thèmes sont déjà là : la recherche de l'identité, la problématique du corps imposé et qu'il faut se réapproprier, la question de l'enfermement et la notion de villes. C'est un roman que j'aime beaucoup et dont on me parle souvent... " (Bifrost n° 32 Octobre 2003, page 134).

(1) Un grand bravo à l'auteur pour avoir réhabilité Joseph Merrick, " ce monstre " qui était un homme comme les autres, voire même un dieu si l'on en croit Mauméjean, un auteur de grand talent que j'ai découvert petit à petit, depuis 2000 (Gotham, La Ligue des héros, Car je suis légion...) D'ailleurs quelqu 'un qui a lu tout Aristote et Platon, " en prenant des notes ", quelqu'un qui est fan de Sherlock Holmes (Conan Doyle a lui aussi été suspecté d'être Jack l'éventreur !) ne peut être que très bon !

(2) Je lirai " plus tard " la nouvelle édition (illustrée, entièrement retravaillée et augmentée) qui circule en ce moment entre les différents chroniqueurs de MGRB. Je suis persuadé que, tout comme moi, ils apprécieront ce roman original, comme tout ce qu'écrit Xavier Mauméjean, un auteur que nous aurons beaucoup de plaisir à accueillir à la pointe de Bretagne... (Le 1er mars 2008, lieu et heure à confirmer... NdW)

Roque Le Gall

partager sur facebook :