Les enfants

Jean-Philippe STASSEN

Dupuis, 2004
Coll. Aire Libre. 12,95 euros



Dans un pays d'Afrique, sans doute proche du Rwanda ou du Burundi, non loin des Grands Lacs, les assaillants vivent retranchés dans les montagnes depuis lesquelles ils fomentent la guerre civile. Après avoir été les témoins des massacres perpétrés, quelques enfants et adolescents, orphelins rescapés trop vite grandis, tentent en vain de revenir à une vie normale et s'occupent, en adoptant par mimétisme les comportements violents et intolérants des adultes qui les ont fait souffrir, dans un centre humanitaire qui leur fournit le gîte et le couvert en échange de petits travaux artisanaux. Le plus petit, Mongol, parle aux animaux et aux insectes, parfois à voix haute, de tout ce qu'il ressent. Sa jalousie envers Angel qui se fait dorloter par Anika, la belle, la naïve, la candide, l'idéaliste animatrice suédoise, son incompréhension vis-à-vis du comportement de Black Domino, le plus grand de la bande, le frimeur mégalo, le menteur vantard revenu au pays et qui se la joue avec un faux téléphone portable, ou encore les questions qu'il se pose sur la sexualité que tous découvrent prématurément et pas toujours de la bonne manière. De petits riens mesquins occupent les journées des enfants qui ont vraiment beaucoup de mal à se reconstruire mais également des adultes qui regardent le temps qui passe en espérant seulement qu'il ne les emportera pas avec lui et leur laissera celui de profiter encore un peu de la vie et des autres...

Drôle de bande dessinée, à la fois dure et bouleversante ! Amer constat que, après le génocide africain, la violence gagne partout et que, dans l'indifférence générale, tout le monde semble trouver cela normal... On pense bien sûr immédiatement au Rwanda ravagé par la récente guerre civile et ses coups de machette assassins, conséquence de l'horrible mal de tête dont souffre Angel, un des enfants, chouchou d'Anika. L'ambiance est vraiment créée, douloureuse, incertaine, parfaitement crédible. Le dessin original de l'auteur belge est très propre, net, précis et sans bavure, avec une exagération des traits, un peu à la façon des enseignes publicitaires de coiffeurs africains. Les décors suivent l'esprit des protagonistes, passant du sombre au clair. Jean-Philippe Stassen plante par ailleurs des personnages très différents, extrêmement crédibles eux aussi. Les caractères s'affichent sur les visages et les tenues. Chaque détail compte et sert l'histoire... Tout cela pour une chronique acerbe de l'Afrique post-coloniale où personne ne sait où il va, la peinture d'une réalité à la fois cruelle et terrifiante où la manipulation, la quête de pouvoir la xénophobie et la haine de l'autre sont des sentiments qui priment sur n'importe quel autre. Dans un récit difficile, éprouvant, parfaitement -et très logiquement - éclaté, l'auteur use intelligemment des clichés et des préjugés, de manière à pouvoir aborder tous les thèmes : la mise à sac par les Européens de l'Afrique qu'ils ont laissée exsangue, la place des Blancs, des enfants traumatisés, des pauvres, des intellectuels, de ceux qui n'ont pas d'éducation, des homosexuels, de la justice... mais aussi les comportements ambigus, un toubib qui use de son pouvoir pour abuser les petits garçons, un pauvre type qui profite de la guerre civile pour soulager ses rancoeoeurs et venger son ego meurtri et aussi les ONG inadaptées, les personnels humanitaires qui n'arrivent pas à savoir s'ils viennent pour aider ou pour se faire pardonner, l'Occident tout entier qui cherche à se donner bonne conscience. Transparaît enfin la magie africaine qui fait parler les animaux et les fait transmettre une morale...

Après le remarquable "Deogratias" - prix René Goscinny au festival d'Angoulême 2001 -, et "Pawa", "Les enfants" est le troisième album que Jean-Philippe Stassen consacre à l'Afrique, un nouveau témoignage cinglant et sans concession sur le génocide rwandais et ses terribles conséquences. Un album exigeant, pessimiste mais absolument pas moralisateur, fort et émouvant.

MGRB

partager sur facebook :