Le roman de Bergen : 1900 — L'Aube (Tomes 1 et 2)

Gunnar STAALESEN

Gaia, 2007
365 pages (T. 1), 270 pages (T. 2), 21,00 euros par volume



" Les livres ne changent pas le monde, mais peuvent être des éléments d'une réflexion collective " (Gunnar Staalesen)
Le consul Carl August Frimann est assassiné durant la nuit du 31 décembre 1899. " Choquant ! ". C'est le sentiment du commissaire de la police de Bergen qui ajoute : " Quand un homme ayant le statut du consul Frimann est assassiné pour ainsi dire en pleine rue, je m'inquiète sérieusement sur le siècle dans lequel nous entrons "...
Il fait pression sur les deux inspecteurs chargés de l'enquête pour que cette affaire trouve son dénouement dans les plus brefs délais. Quelque temps après, un suspect — " un suspect commode " — met fin à ses jours. Son suicide dramatique est considéré comme un aveu sans réserves, " et tout le monde, depuis le directeur de la police jusqu'au plus simple agent, semble satisfait de ce dénouement aussi rapide que sensationnel "... Les deux seules personnes à ne pas être tout à fait convaincues sont les deux inspecteurs chargés de l'enquête et présents sur les lieux au moment du suicide...
Oh Gunnar ! C'est quoi ça ? Qu'est-ce que tu nous fais ? Ca commence comme un polar, ça a le goût d'un polar mais ce n'est pas un polar ! L'enquête policière n'est qu'un prétexte, " le fil rouge " (Merci de me l'avoir soufflé, Jean !) d'une vaste fresque sur Bergen... D'accord Gunnar, Bergen est ta ville natale, celle où tu vis, " une ville magnifique... " " la ville que je connais le mieux ", dis-tu. Cette trilogie 1900 (qui sera publiée en 6 tomes en France) est en fait un roman historique sur le XXe siècle. Un roman HIS-TO-RI-QUE ! Pas un roman PO-LI-CIER !
En fait, tu nous as concocté la saga des Rougon-Macquart, façon norvégienne, façon Zolalesen ! Tu joues les Sergio Leone (Leonelesen ?) Après " Il était une fois l'Amérique ", voici " Il était une fois Bergen... ". Une épopée... Chantier de la Bergensbane, rupture de l'union avec la Suède, construction du nouveau théâtre, première Guerre mondiale, grand incendie de janvier 1916, conflits sociaux de 1926, lutte entre bolcheviks et nationalistes libéraux, krach boursier de 1929, montée du fascisme en Europe...
Et que dire des nombreux protagonistes de cette saga ? Les bourgeois, les notables, les commerçants, les policiers, les artistes, les domestiques, les paysans venus travailler à la ville... Des portraits étonnants, des destinées peu banales... J'en conviens. Oui mais j'étais si attaché à Varg Veum, ton héros récurrent...
Encore que... Encore que... Je me suis laissé dire qu'il était fort possible que Varg Veum apparaisse à la fin de la saga et qu'il... Mais chut ! Je suis bien trop bavard. Il est temps de conclure. Tu as sans doute compris que je ne t'en voulais pas pour ta " grande saga urbaine : un siècle d'histoire d'un souffle épique hors du commun... ". Au contraire ! Bien au contraire ! Passionnant ! Absolument passionnant ! Du très, très grand Staalesen !
" Le roman de Bergen est un chef d'oe'oeuvre du genre, où l'on vibre au gré des événements, où l'on vit dans la peau des personnages, où l'on évolue avec eux à mesure que les années passent... " (dixit l'éditeur)
Ce n'est pas Jean — grand fan de Varg Veum, lui aussi, qui dira le contraire !... Nous attendons les quatre tomes suivants.

Roque Le Gall

partager sur facebook :