La nuit, tous les loups sont gris

Gunnar STAALESEN

Gaia, 2005
coll. Polar, 2005, 18,00 euros



1983, dans un port norvégien. Varg Veum, détective privé qui se remet mal de sa rupture avec sa femme passe une bonne partie de son temps libre dans les bars. C'est là qu'il fait la connaissance de Hjalmar Nymark, un ancien policier à la retraite qui reste hanté par une enquête à laquelle il a participé en 1953.
A l'époque, l'explosion d'une fabrique de peinture provoque un incendie qui fait 15 morts. Mais l'enquête conclut à un accident et le remboursement de l'assurance permet au directeur de l'usine de devenir armateur et d'être à ce jour l'un des hommes les plus riches de Norvège. Parmi les morts se trouve Karlsen, responsable de la sécurité qui, selon sa veuve, avait signalé quelques jours auparavant une odeur de gaz suspecte au directeur de l'usine. Mais celui-ci n'en avait tenu aucun compte. Chose étrange, l'autopsie de Karlsen ne révèle aucune trace de fumée dans ses poumons. Par ailleurs, l'usine compte au nombre de ses employés un certain Harald Ullven, collaborateur notoire des nazis durant la seconde guerre mondiale. Surnommé " Mort aux rats ", il est soupçonné d'avoir non seulement dénoncé mais assassiné plusieurs des patriotes norvégiens dont les décès semblaient accidentels neuf fois sur dix. L'une des particularités d'Ullven est qu'il boite.
En 1971, on retrouve le cadavre défiguré d'un boiteux, identifié par sa compagne comme étant celui de l'ancien collabo. Officiellement, l'affaire est donc close, mais le vieux policier Nuymark reste convaincu que " Mort aux rats " est toujours en vie. Depuis sa retraite, il a repris l'enquête et a accumulé tout un dossier sur cette affaire.
Peu de temps après s'être confié à Veum, il est renversé par une voiture qui prend la fuite. a son retour de l'hôpital, on le retrouve mort dans sa chambre et le fameux dossier a disparu. De plus, son aide-soignante révèle avoir aperçu un homme qui boitait sortant de l'immeuble de Nymark juste avant son arrivée. Mais si la police conclut à une mort naturelle, Veum, lui, s'entête et décide de reprendre l'enquête de son ancien ami.
Ses recherches vont l'amener à côtoyer les notables mais surtout les paumés et les laissés-pour-compte de la société, pour lesquels il éprouve une tendresse particulière.

Un polar à la lecture agréable, avec un héros attachant, qui aborde le délicat sujet de la collaboration et épingle au passage quelques travers de la société norvégienne actuelle.

Marie-Louise Autret

partager sur facebook :