Ma vie en l'air

Anne SIBRAN, Didier TRONCHET

Dupuis, 2005
coll. Aire Libre, 2005, 12,94 euros



Ariane a 7 ans, et s'aperçoit qu'elle peut voler. Elle vole si haut qu'elle côtoie les oies mais aussi les anges. Son père, un égorgeur travaillant à l'abattoir, fait planer une image horrible qui revient dans ses rêves. Un jour elle tombe du ciel sur l'ambassade des oiseaux tenue par Paulin Magloire. Elle y apprend à soigner les oiseaux. Mais Paulin est emmené par la police et enfermé. Ariane est mise en pension chez des soeurs.

Un album très original. Le lecteur est maintenu très proche et même dans la psychologie du personnage. C'est très intimiste. On sent parfaitement bien la difficulté d'adaptation d'Ariane au monde. Le rythme est un peu freiné par les textes un peu longs dans chaque case et parfois difficilement lisibles. Mais ils correspondent bien aux pensées intimes d'Ariane. Et puis l'objectif n'est pas ici d'avoir un rythme à 100 à l'heure.
Les dessins sont colorés mais de couleurs peu vives qui rendent l'atmosphère de la BD assez lourde, décrivant bien ainsi le mal être d'Ariane. Les personnages sont originaux : du père égorgeur à Paulin Magloire, totalement déphasé par rapport au monde moderne mais sympa, humain et centré sur ces oiseaux ou encore la connaissance de la troposphère, l'anneau d'harmonie que l'on trouve à 12 000 m de la terre. La fin de l'histoire est très belle puisqu'Ariane retrouve Paulin et l'entraînera dans les airs...
Un album sensible et humain qui ne peut que toucher.

Marc Suquet

partager sur facebook :