Nous serons les rois de Marseille

Serge SCOTTO

L'Ecailler du Sud, 2004
Coll. Poche. 7 euros



L'histoire commence par claquer comme une gifle, gifle de la rupture entre Stradi et Tino qui entraîne ce dernier dans un désespoir ponctuel : ce fils à papa s'en jette en Jaguar d'une route de corniche. On le retrouve fracasse, mais pas trop, au bout du fil, appelant son copain Nikita, nettement moins gâté par la vie et méfiant car il se fait toujours piquier les cagoles bien carrossées qu'il a levées par ce fameux Tony dont l'argumentaire se résume à une belle carrosserie de bagnole et ce qui va avec le fric facile. Pour rebondir, ce Tino veut embarquer Nikita dans un projet immense qui fera d'eux les rois de Marseille : les rois de la nuit aux manettes d'une boîte de nuit super pensée dans l'ancien arsenal des galères sur le vieux port.
On assiste donc à l'élaboration du projet, à sa fabrication et à l'ouverture de la boîte où les deux associés, qui n'en sont pas vraiment, paradent au coeur de la nuit marseillaise, toujours entre deux cagoles, entre deux super plans foireux.
Rien n'est grave dans ce récit, malgré un départ ultra dramatisé qui laissait attendre une tragédie noire : Scotto a le talent de suspendre notre attention à ses phrases piégeantes, phrases souples mais aussi courtes et nerveuses qui nous embarquent dans le pur plaisir d'une histoire beaucoup plus légère qu'on ne l'aurait cru, où l'on rit de voir les cadors déconfits. Un très bon moment à passer !

MGRB

partager sur facebook :