Le couteau : de la lame à l'identité

Thibaut REMUSAT

Crepin-Leblond, 2006
32,00 euros



Savez- vous ce qu'est un KOPIS ou un KUKRI, qui sont de toute évidence " cousins germains " ? Non ?
Quelle différence faites-vous entre un PARAZONIUM, une LEVANTINE, une BURDIGALAISE, une ANELACE, un SANDREDEI, un BATARDEAU, une DAGASSE ? Aucune ?
Les substantifs BAZELAIRE, CINQUEDEA ITALIENNE, KINDJAL DIRK, SKEAN-DHU, KOZUKA, BARONG (ou PARANG), PESH-KABZ, KATAR (également orthographié KHOUTAR), JAMBIYA, KHANDJARKARD, FLISSA (mot masculin ou féminin), KOUMMIYA, TELEK évoquent-ils quelque chose pour vous ? Pas le moins du monde ?
Alors ce livre, superbement illustré tombe à point. En 217 pages, Thibaut Rémusat vous racontera " l'histoire du couteau " depuis l'antiquité jusqu'à nos jours. " Né immédiatement après le bâton, le couteau est à la fois le plus vieux des outils et la plus ancienne des armes. "
Vous apprendrez que la FAIRBAIN-SYKES, le CAMILLUS et l'US M3 ont été les couteaux qui ont le plus marqué la Seconde guerre Mondiale... Qu'il ne reste sans doute pas plus d'une dizaine d'exemplaires du PALLOY, appelé à l'origine couteau des vainqueurs de la Bastille... Que le grand illustrateur Gustave Doré à suivi les cours de NAVAJA d'un maître d'armes de Malaga... Qu'en Scandinavie il est toujours courant pour un couple d'échanger... des couteaux plutôt que des alliances !
Ce " petit livre sympa " (disait l'auteur) truffé d'anecdotes et non dénué d'humour, intéressera les spécialistes comme les profanes (dont je suis). Thibaut Rémusat a écrit de nombreux articles pour des revues telles qu'EXCALIBUR, HISTORIA et on ne peut qu'être interloqué par son éclectisme. Il a déjà publié, chez le même éditeur Plutôt mort que lâches : les GURKHAS, et quoi qu'il en dise, il ne va pas s'arrêter en si bon chemin, n'est ce pas Thibaut ?
Alors, bon jogging, bon karaté, bons voyages avec beaucoup de belles photos and so on... Bien des choses à Caroline et... aux fifilles !
See You.

PS : Toujours amoureux de Mademoiselle de MAUPIN ?

Roque Le Gall

partager sur facebook :