Les Coeurs jumeaux d'Alimar (Cycle d'Alimar, T. 2)

Joël OLLIVIER

Barbu, 2007
coll. Héroic-Fantasy, 361 pages, 15,00 euros
Egalement disponible par téléchargement, sous licence Creative Commons, sur www.cycledalimar.org



Broncos le colosse et Débyan le mage se remettent paisiblement de leurs précédentes aventures dans le village Waskiidi de la forêt maudite. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si Broncos ne se faisait pas du souci pour le bien-être de son compagnon. En effet, si Broncos coule des jours heureux avec la charmante Marilia, le jeune mage menace, lui, de rester désespérément vieux garçon, ce que ne pourrait supporter son ami. Broncos décide alors d'entraîner Débyan vers d'autres contrées afin d'y provoquer quelque rencontre avec la gent féminine. C'est le début d'une nouvelle aventure riche de péripéties, de dangers, de magie et... d'amour !

Depuis la visite qu'il nous a aimablement rendue en juin 2006 (lire l'entretien dans la rubrique " Rencontres et animations "), Joël Ollivier suit son petit bonhomme de chemin. Après la bonne surprise qu'avait représenté le premier tome de son Cycle d'Alimar, le voici qui sort le volume suivant, et cette fois chez un éditeur, un vrai ! De surcroît, lui qui goûtait de l'indépendance que lui offrait l'auto-édition, il semble ne pas avoir souffert outre mesure de ce transfert dans une structure éditoriale classique : on retrouve ici la même liberté de ton et d'expression qui faisait tout le sel du premier opus. On saluera donc le courage de son éditeur, qui a même accepté que ce texte reste sous licence Creative Commons, et à ce titre librement téléchargeable sur le site Internet de l'auteur. Aux lecteurs à leur tour de faire preuve d'honnêteté en achetant le livre si la lecture du roman au format électronique les séduit.
Comme Le Choix de Silla, Les Coeurs jumeaux d'Alimar recèle son lot d'humour décalé et de situations rocambolesques au service d'une intrigue solidement menée dont l'on ne découvre véritablement les tenants et les aboutissants qu'à la fin du roman. L'on se souviendra notamment d'une troupe de pirates complètement déjantés, d'un tournoi de magie hors du commun et surtout d'un couple de dragons pacifiques et attendrissants (le comble, pour des dragons ! Joël Ollivier ne respecte vraiment rien !). Un peu plus encore que dans le livre précédent, on sent également transparaître le souci de l'auteur pour les problèmes d'environnement, notamment par le biais d'une intéressante réflexion sur les responsabilités de l'homme face à la Nature.
L'auteur nous a fait l'amitié de nous citer en début d'ouvrage, qu'il en soit à son tour remercié. Bon vent, Joël !

Mikael Cabon

partager sur facebook :