La Reine des eaux

Kai MEYER

Rocher, 2005
coll. Jeunesse, 13,90 ?
Premier volume de L'Histoire de Merle



Merle, petite orpheline de quatorze ans, arrive à Venise avec une jeune aveugle répondant au nom de Junipa qui aura tôt fait de devenir sa meilleure amie. Les deux adolescentes viennent de quitter leur orphelinat pour entrer en apprentissage chez Arcimboldo, maître miroitier de son état. Or, selon la rumeur, les miroirs fabriqués dans son atelier recèleraient d'étranges pouvoirs magiques... C'est que cette Venise est bien différente de celle que nous connaissons. En effet, dans ce monde étrange peuplé de sirènes aussi belles que leurs dents sont tranchantes et de lions de pierre, ailés pour les plus chanceux, Venise est la dernière cité à n'avoir pas été conquise par les armées égyptiennes du pharaon. N'écoutant que son courage... et sa curiosité maladive, Merle est bien vite entraînée dans une aventure palpitante au cours de laquelle elle devra commencer par sauver la Reine des eaux du funeste destin auquel ses ennemis l'ont promise...

C'est lors d'une belle séance de dédicaces à la librairie de Plougastel que l'un de nos invités (et accessoirement membre bienfaiteur honoraire et permanent de l'association), Stéphane Manfrédo, m'entraîna dans un coin obscur et encore, pour ma part, inexploré de ce dédale livresque. Une étrange inscription au-dessus de ma tête : Littérature jeunesse. " Tiens, lis ça ", me dit Stéphane en me tendant un livre à la fort jolie couverture, " ça va te plaire ". Prenant en pitié les cris de douleur de ma carte bleue exsangue après deux heures passées dans ce lieu de perdition, l'aimable personnage alla même jusqu'à m'offrir l'ouvrage en question ! Merci Stéphane, à charge de revanche ! D'autant plus que cela m'a effectivement beaucoup plu. Difficile en effet de résister à cette succession de péripéties toutes plus surprenantes que les autres, dans un monde alternatif extraordinaire où l'auteur s'amuse à déployer des trésors d'imagination. Le tome deux vient de sortir et, protestations de ma carte bleue ou pas, j'ai bien l'intention de me jeter dessus à la première occasion !

Mikael Cabon

partager sur facebook :