L'ère du dragon

Xavier MAUMEJEAN

Mnémos, 2003
coll. Icares, 20 euros
Suite de "La Ligue des héros", roman publié chez Mnémos en 2002.



En 1900, la Chine à la culture millénaire est dominée par les puissances occidentales qui tentent d'imposer leurs propres modes de vie dans un pays déjà en pleine mutation. Une révolte gronde et s'amplifie à Pékin où les ambassades française, britannique, allemande et japonaise où se sont retranchés les Occidentaux sont prises d'assaut par les Poings de Justice, un mouvement d'hommes et de femmes du peuple que soutient officieusement l'Impératrice et qu'appuie l'Internationale Féerique dirigée par Peter Pan lui-même. La capitale est à feu et à sang : partout les combats s'engagent. Au fusil, à la machette, à la mitrailleuse et à la fourche. C'est dans ce contexte de violence et de trahison que vont une nouvelle fois intervenir les membres de la Ligue des Héros, cette fois pour venir en aide aux légations assiégées par les forces que dirige Masque de Jade. En l'absence de Lord Kraven qui a disparu, ce sont Lord Africa, l'enfant des singes, Bud Colt, English Bob, et l'aviateur allemand von Tod dit le "Baron Rouge" (qui rêve d'affronter dans les cieux pékinois les dragons mythiques dont parlent les légendes orientales) qui s'attèlent à la tâche. Et Dieu sait s'ils auront du pain sur la planche ! Car ce n'est là qu'une des missions que la Ligue se devra de mener à bien. D'autres dangers menacent et non des moindres...

Savant mélange harmonieusement dosé de fantasy, de steampunk et d'uchronie, "L'ère des dragons" s'impose comme un roman de science-fiction inclassable, original, à la fois déroutant et fascinant, qui force l'imagination du lecteur et qui la fait virevolter pour son plus grand plaisir. Xavier Mauméjean a imaginé, à l'aube du XXe siècle, un monde pour le moins étrange, complexe, sombre et inquiétant, parfois effrayant, dans lequel évoluent des personnages réels tels la Reine Victoria ou le Baron Rouge, et d'autres tout droit sortis de célèbres fictions - Peter Pan, Tarzan, King-Kong, le capitaine Némo -, ou bien issus de l'univers des super-héros de la bande dessinée, avec d'autres encore venus des légendes - le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde - et des mythologies antiques, tel Sindbad le marin, par exemple. Il les a installés dans une réalité qui, bien que s'octroyant quelques libertés quant à la vérité historique du début du XXe siècle, bien que la bousculant, la transformant ou la réinventant audacieusement, n'en demeure pas moins cohérente pour au final nous concocter un de ces récits inventifs et parfaitement maîtrisés, bourrés de références et de clins d'oe'oeil dont lui seul a le secret. En l'occurrence, c'est l'arrivée de Peter Pan à Londres en 1898 - avec ses ambitions de pouvoir, sa cruauté, son égocentrisme, ses exactions diverses, son cabotinage... et ses gamineries - qui transforme purement et simplement le monde. La trame du récit est fluide, l'intrigue riche en rebondissements et en surprises, l'humour délicieusement acide. Les personnages sont vivants, tous ont un côté sombre et ne demeurent pas toujours inflexibles au mal. Quant au décor, il est si admirablement décrit qu'on s'y croirait ! A Londres, à bord du Nautilus ou bien encore à Pékin...

Pour le moins singulière, une SF incroyablement réjouissante. A lire donc toute affaire cessante ne serait-ce que pour l'originalité de sa conception et de sa construction romanesque.

MGRB

partager sur facebook :