Last Exit to Brest

Claude BATHANY

Métailié, 2007



C'est tout d'abord le titre qui m'a frappé : Last exit to Brest. La référence à Hubert Selby Jr était plus qu'évidente. Son Last exit to Brooklyn m'avait rudement secoué et il figure encore en bonne place dans ma bibliothèque. Ensuite la maison d'édition : Métailié. Un gage de qualité : Anne-Marie (je crois qu'elle s'appelle comme ça) Métailié publie des auteurs et des ouvrages qui sortent de l'ordinaire. L'auteur ? Claude Bathany, né en 1962 à Brest. " Inconnu au bataillon "... et pour cause : " Last exit to Brest " est son premier roman (c'est écrit sur la quatrième de couverture). Si mes souvenirs sont bons Last exit to Brooklyn était également le premier roman de Selby... un bon présage ? Inutile de tergiverser... quelques minutes plus tard, je me présentais à la caisse de " Dialogues "...

La semaine suivante, j'ai pu constater que le roman se trouvait dans notre fameuse " caisse rouge ", là où sont gardés les livres que nous avons à chroniquer (j'avais déjà terminé ma lecture et je souhaitais parler en bien de ce premier roman). C'est alors que j'ai appris la venue de l'auteur à Brest. La curiosité m'a poussé à descendre de mon quartier pour rencontrer Claude Bathany au " Café de Dialogues ". Plutôt que de rédiger une chronique classique... et ennuyeuse, j'ai décidé de vous ennuyer avec le compte rendu (quelque peu incomplet) de cette rencontre, qui s'est tenue le 7 février.

Une animatrice dynamique et sympathique, qui connaissait très bien son sujet, était chargée de mener les débats. Elle n'était manifestement pas une adepte du grand Oscar Wilde qui se plaisait à dire : " Je ne lis jamais les livres dont je dois faire la critique. Je ne veux pas être influencé ! " Elle a tout d'abord fait les présentations : " Claude Bathany est un auteur du cru, un auteur Brestois, même s'il n'habite plus Brest depuis quelques années. Il a ainsi pu prendre un certain recul par rapport à cette ville. C'est son premier livre, un petit livre sorti le 11 janvier 2007 et que l'on lit facilement. Pour l'instant, il a été l'objet de bonnes critiques : Libération, Télérama, etc. C'est un polar qui se passe à Brest dans les années 90. Ambiance rock'n roll, bière et pubs... "

Claude Bathany (un peu crispé mais qui va peu à peu se détendre...) : " C'est l'histoire d'un agent de sécurité, Alban Le Gall, qui après le meurtre de son amant, devient le manager du groupe de rock Last exit to Brest... D'autres crimes vont avoir lieu et Alban Le Gall va s'apercevoir que tout est connecté. Ce qui m'intéressait c'était de faire le portrait de rockers. Faille dans son physique, faille dans son vécu... "

Deux parties dans ce livre, deux faces comme dans un vinyl d'autrefois. Une galerie de portraits, chaque fin de portrait étant suivie d'un article dans le Télégramme de Brest.

" Alban Le Gall, le narrateur, raconte mes différents évènements avec sa vision à lui... Cette première partie se révèle plus déconstruite que la Face B (le dénouement). J'ai tenté de recréer l'ambiance brestoise, une ambiance noire et rock'n roll... J'ai vécu à Saint-Renan et venais faire la fête, "tirer des pistes à Brest", "la Liverpool bretonne" qui me fascinait tout comme le rock... La distance et la distanciation ont favorisé l'écriture de ce livre. J'ai essayé de faire partager mon image fantasmée de Brest, ville grise mais pleine de poésie malgré tout... L'un des lieux principaux du roman se trouve être le Larsen, sorte de pub brestois rock'n roll. "

(En parlant de ce pub, il me revient à la mémoire que les micros de Dialogues fonctionnaient plutôt mal ce soir là... effet Larsen ?)

On y retrouve souvent le personnage central, Alban Le Gall, qui nous raconte l'histoire, son histoire. Ce gros nounours sympathique, doux, humain, obsédé par Brest et le rock'n roll n'a qu'un désir : protéger les autres. Certes le roman a un coté un peu glauque mais il est aussi rempli de poésie. D'ailleurs, Alban Le Gall n'écrit-il pas de la poésie durant ses longs moments de solitude, une poésie ancrée dans ce qu'est Brest, dans ce qu'est le Rock ?...

Au cours de l'entretien nous apprendrons que Claude Bathany n'est pas vraiment un spécialiste de rock (il écoute plus volontiers de la musique classique), même si son fantasme majeur aurait été de jouer de la guitare électrique : " je n'ai jamais touché une guitare électrique de ma vie " précise t-il avec regret. Dans les années 90 il a écrit un premier roman resté dans les tiroirs : " au point de vue de l'écriture, ce n'est pas tellement ça ! ... ". Il écrit des nouvelles. Il sortira peut être un jour un bouquin sur " le milieu du théâtre à Paris ". Il ne pense pas ré-écrire sur le rock ou sur Brest, " la ville lumière " de son adolescence. Par contre, il a commencé à plancher sur un roman d'anticipation, un roman influencé par P. K. Dick, auteur qu'il apprécie beaucoup. Il aime également H. Mankell et Malcom Lowry. " Je picore pas mal ", dit-il en évoquant ses lectures...

La conclusion sera celle de l'animatrice, très efficace tout au long du débat : " Bonne chance à l'auteur, au livre, au livre suivant ! "

Roque Le Gall

partager sur facebook :