Ce qui est précieux (Le combat ordinaire, T. 3)

Manu LARCENET

Dargaud, 2006
64 pages, 13,00 euros



" Il n'y a pas à dire : quand elle n'est pas hideuse, la vie est magnifique. " (page 36)

Tomes 1 et 2 : Marco Louis, la trentaine, photographe de presse, a décidé de changer de vie. Dépressif chronique il ne supporte plus de photographier la guerre et les horreurs qu'elle engendre. Il quitte la ville pour la campagne. Son existence va s'en trouver totalement bouleversée...

Tome 3, Ce qui est précieux : Nous retrouvons, dans ce tome 3, un Marco plus que jamais en proie au doute et confronté à des problèmes existentiels auxquels il a beaucoup de mal à faire face. Tout d'abord, il est " obsédé par son père " qui s'est suicidé il y a une dizaine de mois : " il n'est pas une heure sans qu'il ne me remonte à la surface, pour le meilleur ou pour le pire " (p. 51). Le rangement de l'atelier de son géniteur, la lecture de ses carnets intimes — dans lesquels ni son frère ni lui ne sont mentionnés — ne vont qu'ajouter à son désarroi. Son père, ancien ouvrier de l'atelier 22 d'un chantier naval breton, demeure un mystère pour lui. Et puis il y a Emilie, sa compagne depuis trois ans, et dont le désir de maternité se fait de plus en plus pressant. Tout cela peut expliquer en partie les violentes crises d'angoisse à répétition qui secouent Marco. Sous traitement anxiolytique et antidépresseur depuis plus de dix ans, " l'éventualité d'une aide extérieure " lui semble une idée intéressante et il fait de nouveau appel à son psy. Seul élément positif — ou presque — en cette période difficile pour Marco : un éditeur d'art, séduit par son exposition des portraits des ouvriers de l'atelier 22, souhaite en faire un livre !

" Quand on ne meurt pas il faut bien se résoudre à vivre... " (p. 59)

" Il faut que tu lises ÇA !
— ? ? ? ? ?
— Je suis sûre que ÇA va te plaire ! ... "

Le conseil venait d'Anne-Catherine et " ÇA ", ce n'était pas le livre de Stephen King, mais la bande dessinée de Manu Larcenet, Le combat ordinaire, tome 3. Après avoir lu et savouré les deux premiers tomes — gracieusement prêtés par Anne-Catherine, encore elle ! —, j'ai donc attaqué avec hâte et gourmandise le troisième volet des " aventures " de Marco, l'avant-dernier de la série si j'ai bien tout compris. (Le premier a reçu le Prix du meilleur album du festival d'Angoulême 2004).
Que dire ? Qu'en dire ? J'ai déjà éprouvé beaucoup de mal à rédiger le " pitch "... pour causer moderne et branché ! ... J'ai toujours un problème avec les bandes dessinées. Pas à les lire ! A en parler ! ... Allez savoir pourquoi...
Dans ce troisième volet, intitulé Ce qui est précieux, Manu Larcenet continue de mener son combat ordinaire. Avec un ton sombre, encore plus grave que celui des deux albums précédents, l'auteur poursuit l'histoire du photographe Marco Louis qui s'interroge sur le sens à donner à son existence. Manu Larcenet évoque avec sensibilité et pudeur les moments douloureux de la vie, la mort, le deuil... A travers des petites scènes de la vie courante, il aborde les thèmes de la mémoire, des valeurs de la famille, de la paternité... Il nous fait également comprendre l'importance de ces petits riens de la vie courante qui finissent par constituer " ce qui est précieux ".
Comment ne pas se reconnaître dans le personnage de Marco qui a du mal à grandir, à s'ouvrir aux autres, à devenir adulte, à assumer les responsabilités qui incombent à un adulte ? Ne nous y trompons pas ! Il y a du Marco en chacun d'entre nous. Ce photographe angoissé qui doute terriblement, ce personnage drôle, touchant, attachant et ô combien vulnérable, ce miroir de nos propres angoisses finit par devenir un caractère universel, ce qui n'est pas la moindre réussite de cet album tout simplement remarquable.
Je ne vous parlerai pas du dessin, de la technique, de la couleur... Je m'en sens totalement incapable !... J'ai beaucoup aimé, c'est tout !
Je conclurai en proclamant haut et fort que Ce qui est précieux est une bande dessinée forte et grave, mélancolique, touchante, délicate, bouleversante, souvent drôle et pleine d'humour néanmoins...
Une totale réussite ! Un très grand auteur !
PS : J'allais oublier : merci mille fois pour le conseil, Anne Catherine !

Roque Le Gall

partager sur facebook :