Faërie thriller

Johan HELIOT

Mnémos, 2005



" La menace vient de la folie " (p. 98)

Le capitaine de la brigade criminelle Thomas Vaugé a son air des mauvais jours : " celui qu'arbore tout officier de police judiciaire de permanence quand on l'avertit d'un double meurtre, la veille d'un week-end de récupération ", le dernier week-end avant Noël.
" Un sacré branque ", " un taré de la pire espèce " a littéralement massacré un vigile et une femme de ménage à la FNAC Saint-Lazare. Le lendemain, Xavier Maujain (sic), un prof de philo du Nord de la France venu parler d'un de ses bouquins est poignardé dans un restaurant alors qu'il dînait en compagnie de l'attachée de presse des éditions Magillard. Xavier Maujain a remplacé au pied levé le célèbre auteur Etienne Verbellec, auteur fétiche de Magillard et qui était l'invité initial de l'attaché de presse. Or Verbellec, " Monsieur cinq cent mille " (allusion faite à la moyenne de ses tirages) qui se sent menacé, a décidé de disparaître dès qu'il a eu connaissance du double meurtre. Il a boycotté la conférence et la signature qui devaient avoir lieu le samedi après-midi à la FNAC Saint Lazare, à l'occasion du lancement de son dernier roman...
Difficile de penser, pour le capitaine Thomas Vaugé, que le tueur ait pu confondre le fameux Etienne Verbellec avec un vigile, une femme de ménage ou le petit prof venu du nord...
Une seule chose est évidente pour lui : " partout dans cette histoire on trouve des bouquins ! ". Lors de son enquête plus que difficile, le policier de la " surface " recevra l'aide précieuse de Lil, de la Fey, et de Lartagne le Capitaine, venus de la Faërie lui prêter main forte, avec la bénédiction d'Ubrasian Phulmis, " le presque-dragon " qui est absolument persuadé que la menace vient de Faërie, que le tueur est une créature de Faërie...

" Rien ni personne ne peut tuer l'imagination " (p. 272)

Ne comptez pas sur moi pour dire du mal de Faërie Thriller. Tout d'abord, mes amis de Mauvais genres vous le confirmeront, je suis loin d'être un spécialiste de la SF. Certains d'entres eux me reprochent même de tout mélanger, de tout confondre : cyberpunk, dystopie, fantastique, fantasy, hard science, heroïc fantasy, new wave, space fantasy, space opéra, steampunk, uchronie...
Peu m'importe, si le livre est bon ! Je n'ai rien contre " une petite SF ", de temps en temps, même si je suis plutôt polar.

D'autre part, depuis la lecture de La lune seule le sait, je suis devenu un, presque, inconditionnel de cet auteur talentueux qu'est Johan Heliot.
A Mauvais Genres, Johan Heliot fait partie de nos auteurs de SF favoris avec Pierre Bordage, Jean-Marc Ligny, Roland C. Wagner, Andreas Eschbach, Xavier Mauméjean, Henri Loevenbruck, Michel Pagel... J'oublie forcément certains de nos " chouchous ", qu'ils veuillent bien me pardonner ! Je vous avais prévenus, je suis un " non-spécialiste "...
Un auteur qui n'hésite pas à citer ses sources d'inspiration ne peut être totalement mauvais ! La découverte de Gaiman par Johan Heliot (Neverwhere et American Gods... deux chefs-d'oe'oeuvre ! ) n'est probablement pas étrangère à la rédaction de Faërie Hackers, puis de Faërie Thriller.

Last but not least, comme pourrait le dire Gaiman, ne comptez pas non plus sur un ex-PLP II Lettres-Anglais, pour dire du mal d'un ex PLP II Lettres-Histoire. J'aurais pu avoir le jeune Stéphane Boillot (son nom véritable ! ) comme collègue ! Alors ? ...

J'ai bien peur que ces quelques arguments, (imparables, objectifs et incontestables) se révèlent quelque peu insuffisants auprès de mes amis de Mauvais-Genres. Je les entends déjà : " Bon, d'accord, mais le livre, tu en penses quoi ? "... Je leur répondrai que ceux qui ont aimé Faërie Hackers, aimeront Faërie Thriller. Ils y retrouveront le monde d'en bas, Faërie, " double magique de notre monde, un univers parallèle peuplé de fées, de mages et autres créatures féeriques " (fascicule Mauvais Genres n°8, p. 24). " La surface ", le monde d'en haut où se démène le capitaine Vaugé est notre monde, celui où nous nous démenons, nous aussi... " Ils y retrouveront les personnages hauts en couleur, Lil, la Fey et son amant Largagne, le Capitaine, Obrasian Phulmis " le presque-dragon ", autrement dit un sorcier...
Hormis le Capitaine Vaugé et l'épouse de Verbellec, les autres personnages, ceux de la surface, font partie du milieu de l'édition, un monde cynique, un monde de compromissions, " un drôle de milieu " que Johan Heliot fait plus qu'égratigner.
Ce roman est également une fable sur l'imagination, la difficulté d'écrire, de créer...Mélange de fantasy et de thriller, il est sans doute moins abouti que Faërie Hackers. L'effet de surprise joue moins et le propos est moins ambitieux... quoi que, quoi que...

Il n'empêche que Faërie Thriller est l'oe'oeuvre d'un écrivain inventif et original. Ce raconteur d'histoires à l'imagination fertile, considéré à juste titre comme l'un des meilleurs auteurs de la nouvelle génération n'a sans doute pas fini de nous surprendre...

Roque Le Gall

partager sur facebook :